Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

IL A MULTIPLIé LES ACTIVITÉS ET LES DéCLARATIONS

La dernière journée “ordinaire” de l’ex-DGSN

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel, a passé la journée du mardi 26 juin 2018 de la manière la plus “ordinaire” à la tête de l’institution qu’il dirigeait depuis huit ans. Le premier flic du pays a entamé son agenda par la célébration, par son institution, de la Journée mondiale de la lutte contre la drogue. Une rencontre ponctuelle que cette institution célèbre, annuellement, à travers les 48 wilayas du pays. Le désormais ex-patron de la DGSN, visiblement excité et énervé, comme s’il savait que quelque chose se tramait contre sa personne, finit par réagir sur l’affaire de la saisie de cocaïne au port d’Oran.
Contrairement à ses précédentes sorties où il se limitait au sujet inscrit à l’ordre du jour, M. Hamel fera une longue déclaration à la presse et déborde sur la lutte contre la corruption, la justice, les magistrats, l’enquête sur la cocaïne et, enfin, sur des dossiers que son institution détenait et qui devaient être remis aux mains de la justice. À sa sortie de cette rencontre, sa petite phrase, où il disait que “celui qui veut lutter contre la corruption doit être propre”, fera tache d’huile et suscitera immédiatement des interrogations chez les observateurs rompus aux lectures multiples de ce genre de déclarations venant d’un haut responsable de la République, de surcroît proche du cercle du pouvoir. Il se dirigera ensuite vers l’hôpital Les Glycines où il donne le coup d’envoi de la campagne du don de sang que la DGSN organise du 26 au 28 du mois en cours. Après avoir accompli cet acte humanitaire, M. Hamel fera une déclaration publique. Là aussi, rapporte l’agence officielle, M. Hamel a répondu à une question relative à l’affaire de saisie de 701 kg de cocaïne. Le général-major a indiqué que “l’affaire, qui est devant la justice, a été longuement évoquée par le ministre de la Justice et nous avons une grande confiance en la justice et en l’intégrité des juges”, non sans réitérer l’attachement du corps de police à lutter contre la corruption et à présenter toutes les preuves et les dossiers à la justice. L’ex-patron de la police nationale poursuivra son activité, recevra une attestation de donneur permanent de sang dans les différentes campagnes organisées par la DGSN et validera 5 communiqués de presse rédigés par les soins du service de communication et des relations publiques.
Ironie du sort, M. Hamel validera le dernier communiqué faisant état de la saisie, par les services de police aux frontières de l’aéroport international Houari-Boumediene
(Alger), de 500 grammes de cocaïne, de 34 000 comprimés de psychotropes et d’une quantité de kif traité. Ce dernier communiqué, envoyé en début de soirée, sera suivi d’un autre : celui de la présidence de la République, qui annoncera, non pas la fin d’une journée “ordinaire” de M. Hamel, mais la fin de ses fonctions à la tête de la DGSN.

FARID BELGACEM

ARTICLES CONNEXES

  • Il a manqué pour la première fois à l’obligation de réserve
    Le général-major Hamel savait

    S’il n’était pas édifié sur son sort, le désormais ex-DGSN n’aurait pas tenu des propos aussi provocateurs.

  • Des noms de généraux, d’hommes d'affaires et de proches de l’ex-DGSN circulent
    Affaire Chikhi : d’autres têtes risquent de tomber

    Au tribunal de Sidi M’hamed, comme à la cour d’Alger, de nombreux noms circulent avec insistance en lien avec les quatre instructions en cours autour de l’empire de l'importateur et promoteur immobilier Kamel Chikhi.

  • Son limogeage n’a pas encore livré ses secrets
    De quoi Hamel était-il “coupable” ?

    L’a-t-on puni pour ses déclarations sur l’enquête en cours au sujet de l’affaire de la cocaïne, ou l’a-t-on écarté pour des ambitions encombrantes qu’il nourrissait pour 2019 ? Il est possible que les deux griefs aient pesé dans la sentence.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER