Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Après ”la marche de L’ESPOIR” À BÉJAÏA

La détermination des citoyens renforcée

©K. Ouhnia/Liberté

L’imposante marche populaire qu’a organisée, avant-hier, à Béjaïa, la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques, suscite analyse et réflexion devant permettre de canaliser les énergies et capitaliser cette mobilisation citoyenne autour des enjeux de développement des investissements socioéconomiques en Kabylie.
En effet, le succès retentissant qu’a connu cette grandiose manifestation de rue, placée sous le signe de “la marche de l’espoir”, n’a pas laissé indifférents les observateurs socio-politiques de la région, dont certains d’entre eux ont tenu à s’exprimer objectivement sur l’ampleur, la portée et la signification de cette dynamique citoyenne qu’il faudra faire fructifier pour s’assurer un avenir meilleur.
Ainsi, pour Rachid Saou, professeur universitaire et cadre du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), la réussite remarquable de la marche de lundi 14 mai à Béjaïa, dénote l’adhésion totale de la population locale aux revendications légitimes de notre Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital, laquelle réclame le déblocage de tous les projets structurants de la région, à commencer par celui de Cevital. Pour preuve, soutient-il, cette manifestation de rue n’a enregistré aucune hostilité apparente. “Bien au contraire, même les citoyens qui n’ont pas pu nous rejoindre, pour divers empêchements, ont tenu à nous appeler au téléphone ou via les réseaux sociaux, afin de se solidariser avec notre coordination et soutenir notre action”, a-t-il précisé. Comment faire pour rentabiliser cette formidable mobilisation citoyenne ? Selon notre interlocuteur, il faudra d’abord construire ce rapport de force en faveur de la cause juste que défend la Coordination nationale des comités de soutiens aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques. “Ensuite, ce mouvement citoyen doit maintenir la pression sur le pouvoir central, à travers l’organisation d’autres actions pacifiques, afin d’arracher nos droits et garantir l’équité sociale”, a-t-il expliqué.
Par ailleurs, M. Saou a mis à profit cette opportunité pour réitérer son appel aux citoyens de la région à venir en masse le 20 mai prochain pour prendre part au rassemblement de soutien au militant Mourad Bouzidi, qui se tiendra devant le siège du palais de justice de Béjaïa, à l’occasion de l’ouverture de son procès en appel dans l’affaire de diffamation dans laquelle il est poursuivi par le président-directeur général de l’Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB), Djelloul Achour.
De son côté, le militant du Rassemblement pour la Kabylie (RPK), Sofiane Adjlane, estime que “la population de la région ne peut qu’adhérer et soutenir massivement ce genre d’initiatives visant à dénoncer la politique régionaliste et discriminatoire du pouvoir en place qui continue exclure la Kabylie de tout programme de développement socioéconomique”. Pour lui, c’est dans le cadre de cette politique d’ostracisme qui frappe la Kabylie, que les tenants du pouvoir ont décidé de bloquer tous les projets initiés par Cevital dans la région. “Il faut savoir qu’il n’y a pas que cette usine de trituration de graines oléagineuses qu’on a bloquée à Béjaïa. Il y a aussi le projet de réalisation d’une déchetterie dans la daïra d’Akbou, pour laquelle le groupe Cevital a déjà fait une offre à l’APC de la même ville, et qui se trouve aussi renvoyé aux calendes grecques !”, a-t-il déploré.
Concernant la suite à donner à cette dynamique citoyenne créée autour de la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital, dont il est membre, M. Adjlane tient à souligner que les assemblées élues localement devraient s’impliquer amplement dans ce combat citoyen qui vise à débloquer les projets structurants dont avait bénéficié la wilaya de Béjaïa. “Nos élus locaux doivent impérativement jouer leur rôle de représentants légitimes du peuple. C’est à eux de canaliser et capitaliser ce mouvement citoyen qui milite pour l’intérêt général de la région”, a-t-il martelé.
Même son de cloche chez la députée du RCD à Béjaïa, Mme Nora Ouali, qui insiste sur “le rôle important” que devraient jouer les élus, tant nationaux que locaux, de la région.
“Je déplore la défection des députés et autres élus de certains partis politiques, lors de cette marche de l’espoir. Et pourtant, c’est une action pacifique initiée par une coordination citoyenne qui ne revendique que le déblocage des projets d’investissement économique dans notre wilaya !”, a-t-elle déclaré, avant d’asséner : “Un tel silence de la part des élus ne peut être considéré que d’une manière de cautionner les partisans de la politique de deux poids, deux mesures. Lesquels voudraient étouffer économiquement notre région !”
Pour sa part, la parlementaire du Rassemblement patriotique républicain (RPR), Mme Zina Ikhlef, estime que “la réussite de cette marche citoyenne constitue une première victoire de l’Algérie moderne et démocratique sur celle de l’archaïsme et du despotisme”. Tout en plaidant pour la “persévérance dans notre combat pour une Algérie nouvelle”, notre interlocutrice réaffirmera son soutien “indéfectible” à tous les projets porteurs de richesses et créateurs d’emplois, à l’instar de celui initié par le groupe Cevital à Béjaïa et dont la réalisation se trouve malheureusement être injustement bloquée.
M. Kaci Sayad, membre de la coordination organisatrice de la marche de Béjaïa, tient à préciser qu’“au-delà du projet bloqué de Cevital, nous nous battons pour le déblocage de l’ensemble des programmes inscrits à l’indicatif de la wilaya de Béjaïa, dont les 143 projets structurants, d’un montant global de plus de 3 000 milliards”. Notre interlocuteur nous indiquera, à ce titre, que “nous ne sommes pas prêts à baisser les bras. Nous allons continuer le combat pacifiquement jusqu’à son aboutissement final”. Enfin, le porte-parole de la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital, Mourad Bouzidi, lance un appel solennel au président de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) de Béjaïa, Mehenni Haddadou, à trancher définitivement l’affaire de Cevital, en adoptant une résolution en faveur du déblocage “immédiat” du projet initié par le premier groupe industriel privé en Algérie.

K. OUHNIA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER