Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Accusée de malversations par un lanceur d’alerte

La direction du port d’Oran porte plainte

L’affaire du lanceur d’alerte et ancien employé de l’Entreprise portuaire d’Oran (EPO), qui avait dénoncé des faits de corruption et de mauvaise gestion au sein de cette entité, prend une nouvelle dimension avec des plaintes ciblant N. Tounsi. Ce dernier a annoncé, lors d’un point de presse, animé hier au siège de la Laddh d’Oran, que le port d’Oran venait de déposer deux plaintes à son encontre : la première pour des faits relevant de “l’insulte et de la diffamation” et la deuxième pour “divulgation de secret d’une entreprise”. Le lanceur d’alerte, membre du Comité national des lanceurs d’alerte algériens, a, en effet, déclaré à la presse : “Après avoir dénoncé les faits de corruption, de mauvaise gestion avec preuves à l’appui, aujourd’hui, mon ancien employeur, qui m’a licencié à cause de mes dénonciations, veut me traîner devant les tribunaux avec deux plaintes à mon encontre en date du 21 novembre 2017 et du 14 décembre de la même année, soit après mon passage dans une émission de télé privée.”
Le lanceur d’alerte a encore expliqué que dans ce cadre, il vient d’être entendu par des juges d’instruction des 4e et 9e chambres, ceci au moment où “le dossier que j’ai transmis à la justice est bloqué en dépit de la position du parquet de la cour d’Oran qui avait demandé, il y a un mois, un complément d’enquête à la juge d’instruction qui avait décidé d’un non-lieu”. Un dossier, explique-t-il, qui aurait été transmis à la cour de cassation sans qu’aucune confrontation entre accusés et accusateurs ait eu lieu. D’accusateur, le lanceur d’alerte, qui reprendra longuement la genèse des différents dossiers de malversations qu’il a dénoncées, touchant la gestion du port d’Oran et certains de ses responsables au profit d’une grande entreprise de travaux publics, entre autres, se retrouve dans la position d’accusé, poursuivi pour divulgation de secret. Une situation incompréhensible pour N. Tounsi qui ne cesse de rappeler que sa démarche a été motivée pour que cesse la prédation lésant le Trésor public : “Pourtant, les plus hautes autorités du pays disent combattre la corruption et ont promulgué une loi qui est censée protéger les lanceurs d’alerte et ceux qui luttent contre la corruption.” Réitérant les accusations de malversation “confortés par une enquête de la gendarmerie”, l’intervenant attend toujours une réaction du ministre de la Justice pour sa protection et l’enquête sur le traitement du dossier. De même, s’agissant du ministre des Transports, l’intervenant ne s’explique pas le silence de ce dernier qui, dit-il, “reste sans réaction par rapport à ce qui se passe au port d’Oran”.  


D. LOUKIL

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
Argaz le 31/01/2018 à 22h26

C'est l'histoire de l'arroseur arrosé. S'attaquer à la corruption n'est pas une mince affaire d'autant qu'elle a tendance à se généraliser pour prendre des tournures et des formes les plus diverses. Pour la combattre il faudrait une volonté politique et un courage à deux mains pour affronter les procédures qui s'étirent et les audiences à répétition. Cordialement.

Brahms le 01/02/2018 à 7h38

Ce lanceur d'alerte a entièrement raison sur toute la ligne. Le port d'Oran est réputé pour des faits de corruption, j'en veux pour preuve le nombre d'émigrés qui sont obligés de glisser des billets ou de remettre des cadeaux. D'ailleurs, certains douaniers ont aménagé une petite cabane et à chaque rapine, ils déposent les objets subtilisés illégalement afin de les ramener chez eux. Le métier de douanier ce n'est pas ça surtout après une prestation de serment. Sur You tube, vous avez la preuve.

Commentaires
2 réactions