Scroll To Top

A la une / Actualité

L’ACCORD A éTé SIGNé HIER à SéTIF

La formation, nouveau créneau pour Brandt Algérie

Tahar Bennadji, directeur général de Brandt Algérie. ©D. R.

La formation qui sera assurée en étroite collaboration avec le centre français international Aforp permettra de réaliser un gain de temps, de coût et une plus-value pour le groupe d’Issad Rebrab et autres industriels du pays.

Pas moins de 90 ingénieurs et techniciens exerçant à l’unité Brandt Algérie, filiale du premier groupe industriel algérien Cevital d’Issad Rebrab, pionnier de l’exportation de l’électroménager en Algérie, bénéficieront d’une formation spécialisée en cours d’emploi à partir de septembre prochain, et qui s’étalera jusqu’au mois de février 2019.
Dans son intervention, lors d’une conférence de presse animée hier à l’hôtel Sétif, le directeur général de Brandt, M. Bennadji, a indiqué que “265 ingénieurs seront formés dans les dernières technologies de fabrication d’outillage et de moules. C’est une valeur ajoutée pour la filiale et pour le groupe Cevital”. Par ailleurs, en réponse à une question de Liberté, M. Bennadji a affirmé qu’outre la satisfaction de ses besoins internes, ainsi que ceux de tout le groupe Cevital, premier exportateur du pays, Brandt peut aussi satisfaire la demande d’autres unités et des autres industriels. “Nous nous lançons dans un nouveau créneau, voire un nouveau business. C’est une nouvelle pépinière qui reste à la disposition des industriels. Si nous sommes sollicités, nous répondrons aux besoins qui seront exprimés”, ajoutera M. Benadji. Par ailleurs, le premier responsable de l’Aforp a tenu à préciser que l’accord signé, hier, à Sétif, permettra sans nul doute de créer des compétences techniques, savoir utiliser les machines et façonner des moules. “L’objectif de ce cycle de formation entrepris avec Brandt Algérie est aussi une opportunité pour permettre au groupe de devenir indépendant industriellement en formant des techniciens algériens pour l’industrie de demain.” “Cette formation permettra à Brandt d’augmenter l’intégration, apportera de la valeur ajoutée et davantage d’indépendance, voire d’autonomie industrielle dans son outil industriel”, soulignera-t-il. Il est à noter que les recrues qui bénéficieront de ce premier cycle de formation aux métiers de pointe de la conception et de la réalisation mécanique deviendront des formateurs internes et pourront, dans un avenir proche, encadrer leurs collègues, afin de discerner des potentiels, ce qui permettra à Brandt Algérie d’acquérir son autonomie.
Il s’agit, en effet, d’un partenariat pour l’apprentissage et la professionnalisation de ses collaborateurs techniques sous forme d’ateliers techniques avec l’un des leaders français de la formation industrielle et technologique, Aforp. Le volet technique sera ainsi mis en place dès la fin du mois en cours par une étude préalable sur le terrain qui permettra aux équipes spécialisées de définir le cadre d’intervention et d’adapter leurs méthodes, et l’identification des références de cadrage du dispositif de formation et l’étape où seront sélectionnés et formés 90 opérateurs algériens ayant des qualifications dans des métiers techniques. Par ailleurs, en marge de la conférence de presse, le premier responsable de Brandt s’est réjoui des résultats réalisés par Brandt Algérie, qui a réussi à créer pas moins de 3 500 postes d’emploi directs. Les chiffres avancés par le directeur général sont très éloquents car le groupe Brandt, qui a été repris en 2014, a, en moins de deux ans, réussi à multiplier par cinq ses exportations vers l’étranger en passant de 6 millions d’euros, en 2016, à 30 millions d’euros en 2017. Lorsque le mégaprojet de Brandt, à Guidjel, wilaya de Sétif, sera achevé et atteindra sa vitesse de croisière, il emploiera 7 500 personnes La majorité de sa production, soit 90%, sera exportée vers plusieurs pays du Moyen-Orient, d’Asie, d’Europe et d’Afrique. “Pour être compétitifs, nous devons augmenter davantage les taux d’intégration pour certains produits. D’autres produits ont un très haut taux d’intégration. Nous devons contribuer davantage à la diversification des exportations hors hydrocarbures”, insistera le DG de Brandt Algérie. Les prévisions chiffrées qu’il a avancées sont optimistes et encourageantes.

F. SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER