Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Les autorités sanitaires du pays ont donné l’alerte

La France a peur de l’arrivée du choléra sur son sol

Les autorités sanitaires françaises sur le qui-vive. ©D. R.

Le ministère de la Santé a demandé à la Direction générale de l’aviation civile de faire preuve de vigilance concernant les vols en provenance d’Algérie.

Le ministère français de la Santé a bel et bien pris des mesures pour prévenir l’arrivée dans l’Hexagone de la maladie du choléra, en cours en Algérie. Il y a une semaine, l’ambassade de France à Alger avait apporté un démenti formel à des informations faisant état de la mise en place d’opérations de contrôle sanitaire concernant les voyageurs en provenance d’Algérie. Elle avait notamment récusé des rumeurs sur l’obligation faite aux arrivants de présenter un certificat médical et de se soumettre dans le cas contraire à un examen médical payant.
Depuis, d’autres actions ont été cependant décidées en toute discrétion. Le quotidien du soir Le Parisien a appris de la direction générale de la santé (qui dépend du ministère de la Santé, de la Famille et des Solidarités) que des consignes ont été données aux compagnies qui assurent des liaisons entre l’Algérie et la France pour parer à la propagation de la maladie en France.
La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a expliqué aux transporteurs les mesures à prendre, en présence sur un des vols, d’un ou de passagers suspectés d’être atteints de choléra et présentant les symptômes classiques de la maladie comme les vomissements et la diarrhée. Les compagnies ont reçu ordre, dans ce cas-là, de désinfecter l’avion.
Se fiant aux conseils de l’Organisation mondiale de la santé, le ministère français de la Santé estime que des mesures plus draconiennes comme le dépistage systématique des voyageurs et leur mise en quarantaine ne sont pas nécessaires.
De son côté, l’Institut Pasteur se montre vigilant et se dit prêt à réagir dans l’éventualité de l’arrivée de la maladie dans l’Hexagone. Citée par Le Parisien, Marie Laure Quilici, directrice du Centre national de référence du choléra à l’Institut Pasteur, a indiqué que “si le choléra est avéré, l’Agence nationale de santé publique sera avertie”. La plupart des médias français se sont emparés de “l’affaire du choléra”. Il y a deux jours, le quotidien régional La Provence a réalisé un reportage où il a révélé que “des consignes de vigilance basiques” aux port et aéroport ont été données par l’agence régionale de la santé de la région paca (Provence-Alpes-Côte d’Azur) pour gérer le flux des vacanciers de retour d’Algérie.
Le journal a cité sans plus de précision des mesures comme le port de gants par les agents aéroportuaires, la désinfection des surfaces et la consultation médicale en cas de symptômes.
L’assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM) se montre également vigilante. Selon La Provence, les hôpitaux de la ville ont reçu ces derniers jours un certain nombre de personnes de retour d’Algérie et présentant des diarrhées. La plupart avaient peur d’être atteints de choléra mais aucun cas n’a été confirmé. Selon des sources, la France enregistre un à deux cas importés par an. Mais la maladie a globalement disparu dans le pays depuis très longtemps. La dernière épidémie qui a touché le pays date de 1832. Actuellement, l’Institut Pasteur (France) constitue un établissement de référence dans le monde dans la prévention et la lutte contre la maladie.
Il a notamment mis au point en 2003 des bandelettes de diagnostic du choléra testées avec succès dans des pays touchés régulièrement par l’épidémie.

De Paris : Samia Lokmane-Khelil


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER