A la une / Actualité

Ils y accolent leurs réponses aux annonces de Bouteflika

La fresque Maurice Audin, l’Agora des jeunes

© Sihem BENMALEK

La Fresque commémorative de Maurice Audin, à Alger centre, s’est transformée, aujourd’hui mardi,  en une méga boite-aux-lettres.

© Sihem BENMALEK

Des centaines de jeunes étudiants et lycéens, sortis manifester pour le départ du système, ont usé de petits feuillets (post-it) pour y accrocher leurs réponses aux annonces d’hier lundi,  contenues dans le message d’Abdelaziz Bouteflika.

© Sihem BENMALEK

«Le peuple a décidé que vous partiez. Partez donc, pas de prolongation», lit-on dans un ‘’post-it’’ transcrit en arabe sur le mur adjacent à la fresque Maurice Audin.

© Sihem BENMALEK

La décision de reporter les élections présidentielles et le retrait de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat est loin de satisfaire les revendications des jeunes algériens. Ils l’expriment de façon sèche : « Non au prolongement du quatrième mandat».

© Sihem BENMALEK

L’autre décision de remplacer Ahmed Ouyahia par Noureddine Bedoui (ex ministre de l’intérieur), à la tête du gouvernement, ne trouve pas non plus écho chez les jeunes manifestants. Ils le disent sans détour : «Bedoui est pire qu’Ouyahia».

© Sihem BENMALEK

Les jeunes protestataires ont beaucoup d’humour aussi. Ils expriment de manière plutôt drôle ce qu’ils pensent des annonces du Président Abdelaziz Bouteflika. «C’est à croire que vous avez surpris un voleur à la maison, et qu’il vous demande de lui laisser encore une heure de temps pour déguerpir», lit-on encore sur un autre ‘’post-it’’ écrit en arabe.

© Sihem BENMALEK

La fresque Maurice Audin et le mur y adjacent s’avèrent trop retreints pour contenir les petits feuillets des jeunes manifestants. Leurs messages trouvent d'ailleurs prolongement dans le rideau de la Librairie Universitaire.

© Sihem BENMALEK

Et comme pour assurer que la jeunesse s’est réveillée et qu’elle ne désarmera pas de sitôt, Radia le confie sur un joli petit coeur : «Le peuple a ouvert les yeux».

Sihem Benmalek