Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Distribution des colis alimentaires pour les nécessiteux

La gendarmerie ouvre une enquête à Tiaret


 À Tiaret, le mois de Ramadhan s’annonce avec son lot de déboires. Le cas édifiant est celui de la commune de Djillali Ben Amar où la gendarmerie vient d’ouvrir une enquête sur la distribution des colis alimentaires, prévus en la circonstance aux familles nécessiteuses. Ces derniers ont agi sur instruction du procureur général près la cour de Tiaret qui a été saisi par un groupe de citoyens prétendant que l’opération a été caractérisée par une iniquité singulière. Les plaignants ont cité des personnes aisées, voire des agriculteurs, des taxieurs, des fonctionnaires…, qui ont bénéficié de ce privilège au détriment des personnes indigentes. Pour leur part, les responsables concernés au sein de l’APC ont démenti cette accusation, soulignant que la commission chargée de la confection de la liste, au nombre de 19 membres représentant toutes les couches de la société, notamment le mouvement associatif et la société civile, a agi avec une totale transparence : “Nous avons déjà distribué 610 colis en attendant de continuer à le faire pour les 103 qui restent, et ce, en attendant les 150, faisant objet de dons, qui seront incessamment réceptionnés.” En outre, l’enquête suit son cours, elle confirmera ou infirmera les accusations citées.


R. SALEM

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 10/05/2018 à 13h45

Quémander c'est pas une politique sociale. Un revenu minimum de 25 000 dinars par mois serait plus intéressant pour les citoyens que de l'assistanat.

Commentaires
1 réactions