Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Khaled Nezzar et Mohamed Betchine s’impliquent dans le conflit au sommet

La guerre des clans mobilise les “réservistes”

La version de Khaled Nezzar a été remise en cause par Mohamed Betchine. © Liberté

La mort de Hocine Aït Ahmed a donné prétexte pour les clans au sein du pouvoir de se rappeler de leurs anciennes dissensions pour en faire usage dans leur guerre larvée aujourd’hui en cours.

Il a suffi que Khaled Nezzar affirme n’avoir jamais proposé à Aït Ahmed la présidence de l’État pour que Mohamed Betchine, qui s’était éclipsé depuis près de 20 ans, sorte de “sa retraite”, pour affirmer le contraire. Et pas seulement, puisqu’il lui apporte la contradiction sur bien d’autres sujets. S’exprimant dans un entretien au quotidien arabophone Ennahar, un support médiatique dont le choix lui-même en dit déjà assez sur les intentions des protagonistes  de cette nouvelle polémique, le général à la retraite et ex-conseiller à la Présidence du temps de Zeroual a tenu à démentir l’ex-ministre de la Défense et membre du Haut-Comité d’État (HCE) et, chemin faisant, à accabler les généraux en poste à l’époque.
Ainsi, Mohamed Betchine a remis en cause la version de Khaled Nezzar, non seulement sur “le cas Aït Ahmed” mais aussi sur les négociations avec les dirigeants de l’ex-FIS et sur la situation qui prévalait dans le pays au moment de l’agrément de ce parti, indiquant, notamment, qu’il avait adressé au président Chadli un rapport où il soulignait les dangers qui guettaient le pays au plan sécuritaire et qui n’aurait pas été suivi des mesures qui s’imposaient. Une défaillance qu’il met volontiers sur le compte des tout-puissants “onze généraux” de l’époque, dont Khaled Nezzar mais aussi les autres “janviéristes”, leur imputant ainsi, en filigrane, la responsabilité de la décennie de violences qu’a connue l’Algérie.

Le prétexte des vieilles querelles…
Accusant l’ex-chef d’état-major ouvertement de “mensonge”, il rappelle que, pour sa part, il avait retiré les agents de la “police politique” de l’ensemble des institutions publiques, comme pour dire qu’il était sur la ligne actuelle de Bouteflika dans cette entreprise que Amar Saâdani inscrit dans le cadre de l’avènement d’un “État civil”. C’est ainsi que la jonction est faite entre cette querelle autour de faits d’histoire récente et les conflits en cours aujourd’hui entre des clans du pouvoir. Il importe peut-être, aux yeux de Nezzar, de ne pas paraître avoir agi en solo et, donc, d’endosser sans réagir ce qui serait une trahison envers “les siens”. Car, dans le cas où il aurait réellement tenté de convaincre Aït Ahmed de rentrer au pays pour que lui soit confiée la présidence de l’État, tout porte à croire qu’il n’avait pas associé à son initiative ses coreligionnaires du HCE dont un des membres, Ali Haroun, affirme n’avoir “jamais su que Nezzar avait rencontré Aït Ahmed”. Mais il est clair que ce n’est pas tant la sollicitation ou non d’Aït Ahmed par le pouvoir de l’époque qui importe aux yeux de l’un ou de l’autre des deux généraux à la retraite. Si ce fait d’histoire, pour ne pas dire ce “détail de l’histoire”, peut avoir son importance par ailleurs, il est sans doute convoqué par l’un et l’autre pour régler leurs vieux comptes mais aussi et surtout pour s’en servir, chacun de son mieux, dans la guerre larvée que les clans se livrent actuellement.
Cette dernière sortie de Nezzar fait suite, en effet, à celle par laquelle il s’était exprimé sur l’affaire du général Hassan, condamnant son incarcération, et qui avait été suivie par la fameuse “irruption médiatique” du général Toufik.
De son côté, et sous prétexte de solder un vieux compte, de dire son mot sur une vieille querelle pour faire pièce à Nezzar sur un fait précis datant d’un moment trouble de l’histoire récente, Betchine opère un come-back inattendu et s’invite de plein droit dans un nouvel épisode de cette guerre qui, manifestement, a de beaux jours devant elle. Car, on le voit, elle a ses “réservistes” toujours prêts à reprendre du service.


Saïd Chekri

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
no passaran le 11/01/2016 à 12h22

On connaît les féroces rivalités politiques et les coups fourrés qui ont rythmé la guerre de libération et dont les effets se font sentir encore aujourd’hui. A l’époque de la guerre, on a tant bien que mal évité les débordements de ces rivalités sur la place publique pour ne pas donner l’occasion à l’ennemi de les exploiter. Aujourd'hui, ce n'est plus possible, ils étalent au grand jour mensonges et manipulations. Qui paie encore leur rivalité ? le peuple.

griche le 11/01/2016 à 16h51

betchine ;avait dit qu il avait pris l initiative seul EN allant negocier avec le FIS;si comme il y avait un etat dans un etat ,et pourkoi il s invite maintenant dans un debat qui concerne que les interesses NEZZAR ET FEU AIT AHMED .reglez vos comptes ailleurs et laissez ce peuple TRANQUILLE

Commentaires
2 réactions