Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

L’Algérie et la lutte contre la traite des personnes

La mauvaise note du département d’État US

Opération de rapatriement de migrants africains, jeudi dernier, à Zéralda. ©Louiza/Liberté

Le rapport souligne que le gouvernement algérien “n'a signalé aucune condamnation pour trafic ou infractions connexes”.

Après les ONG, c’est au tour du département d’État américain d’épingler l’Algérie donnée comme ne faisant pas assez pour lutter contre la traite des personnes. “Le gouvernement algérien ne respecte pas pleinement les normes minimales relatives à la lutte contre la traite des personnes, bien que beaucoup d’efforts soient déployés pour ce faire”, note en effet le département d’État américain dans son rapport daté du jeudi 28 juin 2018.
Un rapport qui place l'Algérie dans la catégorie “Tier 2 watch list”, avec les pays dont les gouvernements ne sont pas entièrement conformes aux TVPA (Trafficking Victims Protection Act) (voir encadré ci-dessous), mais qui se sont engagés à prendre des mesures considérables. Selon le même rapport, le gouvernement a fait des efforts avec l’“accroissement des investigations et des poursuites engagées contre des trafiquants présumés en vertu de la loi anti-traite, de l'identification de 33 victimes et d'une formation accrue des praticiens judiciaires”.
Il a également pris, selon la même source, des mesures considérables en créant un comité, placé sous la tutelle du Premier ministre, chargé de mettre en place une politique nationale et un plan d’action dans le domaine de la prévention, de la lutte contre la traite des personnes et la protection des victimes, rappelle le même rapport. Néanmoins, malgré ces réalisations, souligne la même source, le gouvernement algérien n’“a signalé aucune condamnation pour trafic ou infractions connexes”.
Le département américain reproche ainsi au gouvernement algérien la non-mise en application des missions du comité national de prévention et de lutte contre la traite des personnes. Le document élaboré par le département d’État US, qui formule une série de recommandations, ne manque pas de rappeler que l’Algérie demeure un pays de transit et de  destination pour l’immigration clandestine provenant essentiellement des pays d'Afrique subsaharienne.
“L’Algérie fait toujours face aux flux d’immigrés qui entrent clandestinement dans le pays avec l’aide des réseaux de passeurs et de  contrebandiers”, constate ce rapport qui évalue les progrès annuels réalisés par les pays dans la lutte contre la traite des personnes. Selon le même document, de nombreux migrants, échouant à rejoindre l’Europe,
restent en Algérie. “Certains d’entre eux, qui ont des dettes à régler aux passeurs, sont susceptibles d’être réduits au travail forcé et à la prostitution pour payer leur traversée à ces réseaux criminels”. Pour la seconde année consécutive, l’Algérie est restée dans la même catégorie. Elle se retrouve ainsi logée à la même enseigne que, entre autres, l’Arabie saoudite, l’Iraq, l’Afrique du Sud, le Niger, le Mali, le Nigeria et Cuba, selon l'administration américaine. Les classements de 2017 et 2018 représentent une amélioration par rapport à 2016 où elle a figuré à la troisième catégorie. L’Algérie avait, pour rappel, contesté officiellement ce classement, estimant que l’appréciation du département d’État était “loin de résulter d’une évaluation rigoureuse”  de la situation et ne “rendait pas, certainement, justice à la posture claire et active de l’État algérien sur cette problématique”.

Imène AMOKRANE

Chaque année, le rapport de la diplomatie américaine sur le trafic d'êtres humains établit un classement sur l'échelle à quatre niveaux de la TVPA. Le premier niveau (Tier 1) comprend les pays dont les gouvernements se conforment pleinement aux normes minimales de la TVPA. Le deuxième niveau (Tier 2) regroupe ceux qui ne sont pas entièrement en conformité mais font des efforts considérables. Le troisième niveau (Tier 2 watch list), concerne les pays qui ont pris des engagements pour prendre des mesures. Le quatrième niveau (Tier 3) classe les pays dont les gouvernements ne respectent pas le minimum des normes de la TVPA.

I. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
Zohor le 30/06/2018 à 12h16

Il est temps de ne plus participer à la servitude vis-à-vis des Américains en les auréolant de la vertu de "Conscience du Monde ".Toutes leurs actions et déclarations ne sont motivées que par une seule préoccupation :leurs intérêts . Il n'y a qu'à voir leur traitement des Migrants et de leurs propres citoyens noirs pour se convaincre de leur souci des Droits de l'Homme!

Brahms le 30/06/2018 à 13h25

La Guerre en Irak sur la base de mensonges suffit à prouver l'incompétence des auteurs de ce rapport US. Ensuite, ces migrants arrivent à cause de la guerre en Libye déclenché par Mr Nicolas Sarkozy sur ordre des américains. Il y a donc un effet domino dans la région. Pour finir, vous avez aussi la corruption des dirigeants africains qui pillent les richesses en devises de leurs pays afin de les ramener en Europe pour mener la grande vie à l'abri des regards de leurs concitoyens.

Commentaires
2 réactions