Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Messaoud Babadji, universitaire et militant de la LADDH

“La peine capitale n’est pas dissuasive”

Dans cet entretien, Messaoud Babadji, universitaire en droit et militant de la Laddh, n’est pas resté insensible à l’horreur suscitée par le viol et l’assassinat de la petite Salsabil, et tout autant à la douleur de la famille. Mais dans le débat entre pro et anti-peine de mort, nous l’avons interrogé avant tout sur les arguments, généralement confrontés entre ces deux visions et ces deux “camps”, alors que celui-ci s’est toujours prononcé contre la peine de mort.

Liberté : Sur quelle notion est basée la peine de mort ?
Messaoud Babadji : La peine de mort est une sanction qui nous vient du passé, mis à part les arguments religieux, elle trouve son origine dans le code Hammurabi qui est la première loi de l’humanité, adoptée en 1750 avant J-C, dans la Mésopotamie, c'est-à-dire l’Irak actuel. C’est ce qu’on appelle la loi du talion, “œil pour œil, dent pour dent”, donc la peine de mort exprime un désir de vengeance. Dans ce sens la peine de mort exprime beaucoup plus des sentiments, comme on le voit face à des infanticides, c’est une réaction du cœur parce que l’on considère qu’un enfant est innocent, mais un crime, quel qu’il soit, reste un crime et il ne peut y avoir de peine de mort que pour quelques crimes.

Justement, pour les partisans de la peine de mort, celle-ci serait dissuasive...
Ce n’est pas vrai, elle ne l’est pas, elle existe depuis plus de trois mille ans et le crime continue. Dire que cela va empêcher les autres crimes cela n’a aucune base, regardons les statistiques dans les pays qui ont aboli la peine de mort et qui sont en majorité des pays développés, est-ce que cela a été suivi d’une augmentation des crimes ? Pas du tout, de même les pays qui continuent à l’appliquer, est-ce qu’ils ont vu les crimes diminuer ? Non, voyez aux États-Unis par exemple.

La peine de mort n’est-elle pas aussi la question sur la manière dont est rendue la justice ?
Oui, il faut aussi penser à quelque chose de plus grave dans ce débat, car la justice est rendue par les hommes et l’erreur est humaine…Supposons qu’une personne a été injustement condamnée à mort et exécutée, comment dans ce cas réparer cette erreur judiciaire. C’est arrivé souvent dans biens des pays. Par contre, si on condamne le meurtrier à la prison à vie et qu’on se rend compte qu’il y a eu une erreur, cela permet de rectifier au moins le jugement. Imaginons que sur 100 criminels exécutés un seul soit innocent, c’est toute la société qui devient criminelle. La peine de mort n’est nullement une sanction civilisée. Dans les pays nordiques qui ont attaqué le crime en amont, c’est-à-dire dans les causes, la criminalité a baissé et ce sont justement des pays qui ont aboli la peine de mort depuis bien longtemps.
 
Aujourd’hui, pensez-vous qu’il faille rester sur ce moratoire ?
Depuis 1995, l’Algérie a suspendu les exécutions, c’est un très bon pas et j’espère que mon pays va franchir le dernier pas : l’abolition. Cela sera un honneur pour l’Algérie d’être le premier pays dans l’espace arabo-islamique à le faire. Je sais que pour beaucoup de gens et depuis l’assassinat de la petite Salsabil à Oran, les gens réclament la peine de mort. Je comprends que c’est une réaction du cœur, mais il est plus sévère de condamner à vie un homme. La peine de mort c’est un quart d’heure, la prison à vie c’est pour toujours.                  


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER