Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Sa mère avait entrepris une marche d’Oran vers Alger

La petite Wissal toujours dans l’expectative

La maman de Wissal s’était lancée dans une marche d’Oran vers Alger. ©D. Loukil/Archives Liberté

L'évolution du dossier de la petite Wissal reste encore suspendue à la décision de la commission devant donner son aval pour la prise en charge à l'étranger.

Cela fait plus de 13 jours que la maman de la petite Wissal, qui souffre d’une malformation cardiaque, attend une réponse de la part des autorités compétentes pour prendre en charge son enfant, en urgence, à l'étranger. Une situation dramatique pour les parents de l'enfant de 11 ans qui doit subir, dans les plus brefs délais, une intervention chirurgicale en raison d’une malformation congénitale cardiaque.
Pour rappel, nous avions évoqué cette histoire (voir notre édition du 23.05.2017), lorsque la maman, Bent El-Hadj, se lança dans une action folle, à la mesure de son désespoir, en entamant une marche d'Oran vers Alger, pour interpeller les autorités restées sourdes à ses demandes de soins et de prise en charge pour sauver sa fille. Aujourd'hui, l'évolution du dossier reste encore suspendue à la décision de la commission devant donner son aval pour la prise en charge à l'étranger, alors que le cas de Wissal a été étudié en commission, mercredi dernier, y compris au niveau du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, comme nous l'ont affirmé des sources au niveau de la direction générale de la Cnas. Selon nos interlocuteurs au ministère, le dossier de Wissal a été étudié par des professeurs de haut rang et chefs de services spécialisés. “Pour l'instant, nous ne pouvons pas vous dire ce qui a été décidé, le dossier a été étudié et nous savons seulement que des contacts doivent être pris avec des cliniques françaises pour voir si le cas de la petite Wissal peut être pris en charge là-bas”, nous dira-t-on. Plus loin, notre source expliquera qu'en l'état, “nous devons attendre la réponse des établissements étrangers qui ont été contactés et, à ce moment, la question sera réglée. Nous l'espérons”. La Cnas, pour sa part, serait juste un élément de ce dossier dans la décision de prise en charge, puisque le rapport médical établi à Oran sur l'état de santé de Wissal a été transmis à Alger, la semaine dernière. Contacté par nos soins, la mère de l'enfant ne connaît toujours pas l’issue de cette histoire.
“Personne ne m'a contactée, je vais retourner à la Cnas demain (aujourd’hui, ndlr), Wissal n'est pas très bien, on doit la mettre sous oxygène pour l'aider à cause de la chaleur”, priant alors pour qu'au plus vite sa fille puisse bénéficier de soins adéquats. Lorsque la presse s'est emparée de cette affaire, de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux avaient quelques peu bousculé les responsables. Beaucoup de citoyens s'étaient offusqués de cette situation, dénonçant la gestion de la santé en Algérie et la non-prise en charge des “enfants du peuple” comparant le cas à ceux “des nantis et des privilégiés du pouvoir, n'ayant point de soucis pour se soigner à l'étranger”. Suite, également, à la parution de notre article, des personnes et des représentants d'ONG à l'étranger s'étaient manifestées pour demander de quelle manière ils pouvaient apporter leur aide à la famille. Aujourd'hui, en plein Ramadhan, avec un nouveau ministre de la Santé, Wissal, pour qui le temps est compté, reste encore dans l'incertitude.

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 12/06/2017 à 8h25

Beaucoup de soins à l'étranger ne réussissent pas toujours. On a vu par exemple beaucoup de personnalités se rendre en France journalistes, Wali et à la fin le décès était annoncé. Il y a aussi un climat anti - arabe en France avec tous les attentats donc il y a beaucoup de Front National, les soins seront par conséquent bâclés. Enfin, avec tous les moyens financiers, il n'y a toujours pas d’hôpitaux ultra moderne en Algérie pour y faire une médecine de qualité. Il faut y penser sérieusement.

Commentaires
1 réactions