Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

La CNAS a accepté sa prise en charge

La petite Wissal va être opérée en France

Le coup de fil tant espéré et attendu par la famille de la petite Wissal est finalement arrivé. Lundi, la mère de la fillette a été avertie de l’avis favorable pour la prise en charge de sa fille dans un établissement de santé en France. Les procédures et formalités accomplies devront permettre une évacuation sanitaire de Wissal au plus tard à la fin de ce mois. “Je suis tellement heureuse et soulagée depuis que j'ai été informée par la direction de la Cnas d'Alger. Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont compati à notre situation et qui ont agi pour faire en sorte que Wissal puisse être soignée en France”, nous dira la mère, Bent El-Hadj, avec une voix empreinte d'émotion, peu de temps après avoir été informée que la commission avait accepté son dossier.
Pour rappel, la maman de Wissal s'était résolue à faire une marche d'Oran à Alger pour attirer l'attention des autorités sur le cas de sa fille de 11 ans, souffrant d'une malformation congénitale cardiaque, nécessitant en urgence une prise en charge médicale à l'étranger.
La mère avait tout tenté, depuis des mois, pour obtenir les soins adéquats et une prise en charge médicale indispensable (voir nos éditions du 23.05.2017 et du 11.06.2017). La famille de Wissal avait fui les combats en Libye où elle résidait et où une première opération avait été pratiquée par une équipe de chirurgiens italiens.
Ces derniers avaient indiqué qu'une seconde opération était nécessaire à l'âge de 10 ans. Depuis le retour de la famille au pays, la mère n'avait cessé de se battre pour que son enfant soit opérée, en vain, toutes les portes restant closes à ses sollicitations. Aujourd'hui, avec ce dénouement, une assistante sociale à Oran suit le cas et aide la mère dans les démarches et les derniers préparatifs. Au niveau du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, bien au fait du dossier, nos interlocuteurs nous avaient assurés, il y a un peu plus de 48 heures, que l'accord de principe était donné par la commission composée de professeurs et chefs de service. Il ne restait qu'à trouver l'établissement adéquat en France pour permettre la réalisation d'une opération vitale pour la survie de Wissal. C'est chose faite aujourd'hui.

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER