Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Enseignement professionnel

La première promotion débutera cette rentrée

Une nouvelle option s’offre aux élèves qui ont réussi au Brevet de l’enseignent moyen (BEM). À partir de cette année, ils peuvent choisir entre un cursus traditionnel, soit l’enseignement secondaire ou l’enseignement professionnel. Le projet, qui existe depuis 2004, n’a pu être matérialisé que cette année, où les lauréats du BEM trouveront dans leur fiche de vœux le choix de continuer leurs études dans l’un des quatre centres (Blida, Sétif, Constantine et Batna) prévus à cet effet. “C’est une opération-pilote. Il faut savoir que cette politique ne sera pas généralisée à tout le territoire national mais qu’elle sera concentrée sur les villes où il y a un important environnement industriel ou agricole”, a précisé, hier, le ministre de la Formation professionnelle, El-Hadi Khaldi, lors de la conférence nationale du secteur, animée au centre de formation professionnelle, à Alger. Le ministre a également affirmé que “sur le plan réglementaire, tout est prévu puisque les statuts ont été promulgués et que le décret concernant les diplômes de l’enseignement professionnel sont prêts”. Pour ce qui est du programme dispensé, le ministre a expliqué que “50% du programme est celui des branches technologiques et les 50% restants sera le programme de l’enseignement secondaire”. La durée de formation et de deux ans pour chaque cycle et le diplôme obtenu est un diplôme d’enseignement professionnel 1 et 2. Par ailleurs, le ministre a tenu à préciser que le diplôme obtenu n’est pas un bac professionnel. Et ajouter que “la valeur du diplôme réside dans la qualité de la formation. Cette formation est reconnue par la formation professionnelle et les acteurs économiques. Notre premier objectif est de proposer une main-d’œuvre qualifiée au marché du travail”. Selon le ministre, la différence entre la formation professionnelle et l’enseignement professionnel réside entre autres dans les programmes dispensés. Pour ce qui est des spécialités proposées, elles seront décidées aujourd’hui lors d’une réunion entre le ministère de la Formation et l’Enseignement professionnels et le ministère de l’Éducation nationale. Concernant le nombre de stagiaires attendus pour la rentrée prochaine, le ministère attend entre 150 000 et 200 000 stagiaires tous paliers confondus. La rentrée aura lieu le 13 septembre pour les anciens et 13 octobre pour les nouveaux.