Scroll To Top
FLASH
  • Le Président de la République Abdelmadjid Tebboune transféré en Allemagne
  • L'Algérie a enregistré 320 nouveaux cas de Covid-19 durant les dernières 24 heures, portant le nombre des cas confirmés à 57026
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Coronavirus, confinement et crise économique

La presse écrite à rude épreuve

Le presse subit les contrecoups de la crise sanitaire induite par le coronavirus. © Archives Liberté

Kiosques  fermés,  distributeurs  à  l’arrêt  et  lecteurs  confinés  pour cause  de  coronavirus.  À  l’instar  des  autres  secteurs  d’activité,  la presse papier vit des moments extrêmement difficiles.

Depuis  le  début  de  la  crise du  Covid-19  en  Algérie, plusieurs distributeurs  de  presse et  des  buralistes  ont cessé  ou  ont  ralenti  leur activité.  La  situation s’est  subitement  aggravée  depuis l’annonce des premières mesures  de  confinement.  La  plupart  des buralistes ont tout simplement décidé de ne pas ouvrir bien avant l’annonce par les autorités de la fermeture des “commerces non essentiels”. “Beaucoup de distributeurs et de buralistes avaient fermé depuis plusieurs semaines”, révèle Saïd Chekri, directeur de la publication, gérant du quotidien Liberté.

En effet, des  distributeurs  et  beaucoup de buralistes ont cessé  leur  activité de  peur  d’être  contaminés par le virus.  Ce confinement  du  personnel  des sociétés de  distribution a  entraîné  l’arrêt  de  la  distribution, un chaînon très important dans la vente des journaux. 

Face à cette  situation, les  responsables  des  journaux  s’adaptent. Tout en indiquant  “comprendre” l’attitude  des distributeurs et des buralistes, Saïd Chekri annonce que le journal qu’il dirige a “pris des mesures” afin de faire face à la situation.

Parmi les décisions  prises, figure  la  baisse du tirage du journal. “Nous avons tout de suite baissé le tirage pour faire face à la fermeture des buralistes et à l’arrêt  de  l’activité  de  plusieurs  distributeurs. Nous  adaptons  le  tirage  en fonction de la disponibilité des points de vente”, a-t-il indiqué.

Une  mesure  similaire  a  également  été  prise  par  la  direction  du  journal arabophone El-Khabar. “Nous avons réduit de 80% notre tirage au Centre et à l’Est. L’arrêt  total de la distribution nous a malheureusement contraints de cesser carrément notre tirage à l’ouest du pays”, affirme Kamel Djouzi, directeur de la publication du journal.

La même situation se  présente  à  El Watan. Son   directeur  de  publication, Tayeb Belghiche, affirme  que  son  journal  fait “tout”  pour  être présent.  Il regrette que malgré l'existence d'une société de distribution, des regroupeurs ne travaillent pas “faute de personnel”. Mais, “nous distribuons nous-mêmes de petites quantités à l'est et à l'ouest du pays pour accompagner les lecteurs”, a-t-il soutenu. 

Comme  d'autres rédactions, les journalistes  d'El  Watan  travaillent  de  chez eux. “Nous assurons le  transport  du  personnel  dont la présence  dans  les locaux est indispensable”, indique Belghiche Malgré toutes ces difficultés, les médias travaillent toujours.

À titre d’exemple, Liberté publie, désormais, l’intégralité de son édition papier  sur son site internet. Mieux, “pour rester en contact avec nos lecteurs”, Saïd Chekri annonce que l’édition en PDF sera désormais accessible à partir d’aujourd’hui. “Notre édition électronique travaille normalement”, précise de son côté Kamel Djouzi.

Pour protéger leurs employés, les directions des journaux ont adopté le télétravail. “En dehors des services techniques et de quelques responsables, les autres journalistes travaillent à partir de la maison”, indiquent les deux directeurs.  “Nous avons également mis une partie du personnel non rédactionnel en congé”, a ajouté Saïd Chekri, le but étant de réduire au minimum la présence du personnel dans les locaux de l’entreprise.
 

Ali BOUKHLEF

 

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER