Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

elle devait être consacrée au blocage des importations

La rencontre Saci-DG des banques improbable

© D.R.

Avec le changement opéré mardi à la tête du Premier ministère, la question de la tenue ou non de cette réunion se pose.

Le ministre du Commerce, Ahmed Saci, devrait tenir une rencontre, aujourd’hui, avec les directeurs généraux des banques et des établissements financiers au siège de la Safex à Alger. Selon la note de l’Association des banques et des établissements financiers (Abef), adressée aux présidents et directeurs généraux des banques et des établissements financiers, lundi dernier, l’ordre du jour de la réunion devrait porter sur le “blocage des marchandises importées préalablement au rétablissement des licences d’importation” avec l’examen et l’évaluation de la situation après la mise en œuvre de l’instruction du 6 août relative à la libération de toute cargaison dont les documents d’importation, prouvent la commande de la marchandise avant l’instauration des régimes des licences d’importation. Avec le changement opéré mardi à la tête du Premier ministère, la question de la tenue ou non de cette réunion se pose. Jointe au téléphone, hier après-midi, l’Abef a indiqué qu’elle n’avait rien reçu à propos de l’annulation de cette réunion, ajoutant que, selon l’association, la réunion était maintenue. Cependant, on nous a renvoyés vers le ministère du Commerce, organisateur de la rencontre, pour confirmation. Toutes nos tentatives de joindre le ministère du Commerce sont restées vaines. Au vu de toute la confusion qui a entouré la mise en œuvre des instructions du ministère du Commerce, cette réunion revêt une grande importance. En effet, la demande du ministère du Commerce, relayée par l’Abef, aux banques et aux établissements financiers de recenser l’ensemble des contraintes et difficultés qu’ils rencontrent, sonne comme un aveu que la mise en œuvre des instructions patine.
Cet aveu est d’autant plus clair que les banques et établissements financiers devaient transmettre la liste de ces contraintes et difficultés “au plus tard la veille de la rencontre”. Ce qui, implicitement, veut dire que le ministre du Commerce s’inquiète de la tournure que prend la mise en œuvre de ses instructions.
En effet, depuis l’instruction du ministère du Commerce du 4 juillet que l’Abef a transmise aux banques et aux établissements financiers, leur demandant de surseoir à “toute domiciliation d’importation de produits alimentaires ou de préparations alimentaires”, les difficultés sont apparues. Péchant par un manque de précision, les banques refusent des domiciliations d’intrants pour l’industrie agroalimentaire. Créant ainsi de la confusion chez les opérateurs. Pour y remédier, le ministère du Commerce a eu recours à pas moins de trois instructions pour juste expliquer la première, sans grands résultats.
Au final, le ministère du Commerce a décidé, jeudi dernier, d’annuler les précédentes instructions en ordonnant la levée des blocages de toutes les importations effectuées avant l’instauration du régime des licences et qui sont en souffrance dans les zones sous douane. Le micmac dans lequel se trouve le ministère du Commerce trouve également son origine dans ces licences qui tardent à être délivrées.
En effet, la liste des produits interdits d’importation s’allonge chaque jour, mais la délivrance des licences ne voit toujours pas le bout du tunnel. Est-ce une décision qui retarde cette délivrance des licences ou tout simplement l’incapacité du ministère à mener cette opération de délivrance ? La question reste posée. Le nouveau Premier ministre installé, hier, aura sûrement à trancher cette question.


Saïd Smati


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER