Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

LYCÉE MASSINISSA D’IGHIL OUAZZOUG (BÉJAÏA)

La reprise des cours n’a pas eu lieu

Depuis la rentrée des enseignants, le 2 septembre, ceux du lycée Massinissa d’Ighil Ouazzoug à Béjaïa n’ont toujours pas repris les cours. Et pour cause ! Les enseignants dudit établissement ont eu la désagréable surprise de se heurter au refus du proviseur du lycée de leur délivrer pour signature les PV d’installation au motif que “les enseignants n’ont pas signé leurs PV de sortie de l’année scolaire précédente pour pouvoir signer leurs PV d’installation de leur reprise”.
La genèse de l’affaire remonte au mois de mai dernier, lorsque les relations de travail ont tourné au vinaigre entre le proviseur et les enseignants. “À l’origine, les enseignants dénonçaient l’abus de pouvoir et les dépassements du proviseur qui a débouché sur des grèves cycliques des enseignants au point de demander carrément le départ du proviseur”, nous a déclaré au téléphone le coordinateur du Cnapeste de la wilaya de Béjaïa, Slimane Zenati. Et d’ajouter que “le proviseur n’en fait qu’à sa tête”. Une situation conflictuelle entre les deux parties qui a duré jusqu’à ce que “les enseignants boycottent tout travail administratif, les conseils des classes et les conseils d’orientation, qui se tient avec leur proviseur”. “L’inspecteur de l’académie a été saisi maintes fois par notre section syndicale ainsi que notre bureau de wilaya sur cette situation conflictuelle entre les deux parties”, signale M. Zenati. Et d’ajouter que “le mois de juin passé, le DE a provoqué une réunion entre les deux parties antagonistes. En vain”. En effet, le problème persiste du fait que les enseignants n’ont toujours pas repris les cours depuis la rentrée. “Notre interlocuteur maintenant est le DE qui va nous recevoir ce jeudi pour essayer de trouver ensemble une solution à ce conflit qui n’a que trop duré”, signale le coordinateur du Cnapeste.
“Le DE a reçu la semaine passée l’association des parents d’élèves (APE) de ce lycée. Le problème est pris en charge par le DE. Il sera réglé au plus tard ce jeudi si ce n’est pas demain (aujourd’hui, ndlr)”, nous a déclaré au téléphone, hier, le SG de l’académie, Bezza Benmansour, sans toutefois préciser par quelle “mécanique” sera réglé le conflit. Il faut dire que les premières victimes de cette situation sont les élèves, devenus les dindons de la farce.
D’où d’ailleurs la convocation d’une AG élargie de l’association des parents d’élèves pour l’après- midi d’hier au lycée pour “écouter tous les parents et les propositions qu’ils feront”.

L. OUBIRA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER