Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Plus de 20 cas ont été enregistrés dans la wilaya

La rougeole tue une personne à El-Bayadh

La rougeole, une maladie infectieuse et contagieuse. ©D. R.

Après avoir reçu des soins, six parmi les patients hospitalisés sont dans un état de santé considéré comme stable. En revanche, un seul malade est dans un état critique.

Plus de 20 cas de rougeole ont été enregistrés dans la wilaya d’El-Bayadh de la mi-août dernier au début de la semaine courante, dont un cas de décès. Selon le chef de service pédiatrie de l’établissement hospitalier public (EPH) Mohamed-Boudiaf du chef-lieu de wilaya, Dr Tounsi Noureddine, les cas enregistrés ont été décelés chez des enfants âgés de moins de 16 ans qui ont développé des symptômes de la maladie. Les malades ont été aussitôt pris en charge par le staff médical. Après avoir reçu des soins, six parmi ces patients sont dans un état stable.
En revanche, un seul malade est dans un état critique, estime la même source. “La plupart des personnes présentant une rougeole n'ont pas été vaccinées contre cette maladie”, a précisé le Dr Tounsi. Pour lui, le cas de décès a été enregistré à la fin de la semaine dernière. Il s'agit d’un nourrisson de 14 mois qui a développé une difficulté de respiration et a rendu l’âme lors des soins intensifs.
Il a appelé de ce fait tous les parents à se rapprocher des unités sanitaires pour vacciner leurs enfants et leur éviter cette maladie contagieuse.
Le staff médical a traité ces cas, faut-il le souligner, comme étant confirmés. Car la wilaya a enregistré, en juillet dernier, 11 cas confirmés de rougeole dont cinq enfants âgés de moins de 16 ans. La wilaya d’El-Bayadh a connu, en mars dernier, la vaccination de 7 000 personnes de différents âges contre cette maladie.
Mieux, il est attendu le lancement prochainement d’une campagne de vaccination de rappel pour élargir le champ de prévention, selon la direction de la santé et de la population de la wilaya. Il est à noter qu’un total de
6 483 cas de rougeole ont été enregistrés dans 29 wilayas, alors que l’on déplorait 9 décès, selon le dernier bilan communiqué le 1er avril 2018 par le directeur général de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Fourar. Les 9 décès ont été enregistrés à El-Oued (5 cas), Ouargla (2) et Biskra (2), a précisé le même responsable, indiquant que la tendance était depuis à la baisse, avec une moyenne de -20 cas par jour à El-Oued et -15 à -20 cas/jour à Ouargla.

La maladie était “maîtrisée”, selon le ministre…
Argumentant ses propos, le Dr Fourar a fait savoir qu’au 21 mars, seuls 30 cas ont été recensés à El-Oued et 18 autres à Ouargla alors que, comparativement aux jours précédents, il a été enregistré plus de 100 cas dans les deux wilayas réunies. Pourtant, vers la fin du mois de mars dernier à Mila, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, avait déclaré que la situation relative à la rougeole était “maîtrisée”. Dans sa réponse lors d'une séance plénière à l'Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales, le ministre a indiqué que l'augmentation des cas de rougeole depuis le début de l'année en cours “nous a permis de vacciner plus de 650 000 citoyens à travers le pays”, précisant que “ce virus – qui ne peut être traité que par la vaccination – est encore répandu dans certaines régions”. L'augmentation du nombre des cas dans certaines régions, notamment du Sud, était due, arguait-il, à la “réticence des parents à faire vacciner leurs enfants en raison des rumeurs, relayées notamment sur les réseaux sociaux et par certains titres de presse concernant l'inefficacité du vaccin acquis par les autorités”. Cette attitude a donné lieu, selon lui, à un taux de vaccination de 45% des enfants en milieu scolaire, au lieu des 95% escomptés.
Dans certaines wilayas du Sud, “aucun enfant n'a été vacciné à cause de ces rumeurs”, a fait savoir le ministre.

B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER