Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Santé en Algérie

La situation dans les hôpitaux: nos lecteurs s'insurgent

Archives/©D.R.

Plusieurs lecteurs de Liberté ont envoyé des mails à la Rédaction Numérique pour dénoncer l’état déplorable des hôpitaux algériens. Témoignages:

- Dimanche 21 mai 2017 (Hôpital Fabor, Blida)

 « On m’a clairement dit que si je voulais faire le scanner dont j’avais besoin à l’hôpital de Beb El Oued (Ex Maillot, Alger), il fallait que j’achète l’aiguille qui manquait à la machine dont le nom était stipulé dans une feuille qu’on m’avait donné (...) Le comble, c’est que cette aiguille coûte plus d’un million de centime !. »


- Dimanche 21 mai 2017 (Hôpital Mustapha Hassani, Sidi Bel Abbes)

« Dans le service d’Ophtalmologie et lors de la consultation d’urgence qui se déroulait entre 12h45 et 15h45le médecin de garde (femme) a refusé de consulter une malade pour des raisons inexpliqués (...) malgré l'intervention de son directeur, elle a fait sa loi en abandonnant la malade pendant plus de 3 heures, c’était de la non-assistance à personne en danger ! Dieu merci, un autre médecin est venu à son secours et a occulté la patiente.»


- Lundi 22 mai 2017 (Hôpital Maillot, service des urgences, Bab El Oued)

«Un parent à moi, personne âgée, a été hospitalisé en urgence mais a du se retenir durant plusieurs heures avant d’aller aux WC alors qu’il avait un problème de prostate. La raison est toute simple : les deux WC au niveau du service étaient dans un état déplorable. Très sales et aucune hygiène à l’intérieur (...) Ne supportant pas ces conditions, mon parent s’est emporté et a insisté pour rentrer chez lui pour faire ses besoins. Malgré son état de santé, il a préféré rester au lit chez lui, que dans un hôpital où les commodités sont inexistantes.»

Sonia GASSEMI

@SoniaGassemi

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
4 réactions
Brahms le 23/05/2017 à 15h33

Le premier médecin c'est soi - même. Quand vous mettez un produit dans votre bouche, il faut savoir s'il est bénéfique pour votre santé ou pas. Beaucoup se gavent de sucre du matin au soir et quand ils sont malades courent chez le médecin en pensant que c'est lui qui va trouver la solution aux problèmes. Les boissons gazeuses également beaucoup de sucrent qui abîment les dents et pourrissent le foie donnant une stéatose hépatique voir un diabète en maladie chronique.

Brahms le 24/05/2017 à 8h00

Hôpitaux la catastrophe : Pourquoi ? Pas de budget pour payer une société de nettoyage qui va employer du personnel pour nettoyer les sanitaires. Imaginez vous avez 250 personnes qui vont aux toilettes du matin au soir dans l’hôpital et personne ne vient nettoyer donc le lendemain rebelote et le surlendemain même chose et toujours aucun nettoyage. Les odeurs nauséabondes vont venir et tout doucement l'hôpital deviendra insalubre.

Brahms le 24/05/2017 à 8h08

La femme de ménage ce n'est pas une bonniche, il faut lui donner un salaire, une prime d'insalubrité, il faut le médecin du travail, la vaccination, lui donner du matériel, faire la commande des produits industriels pour javelliser les sanitaires, la commande des savons,eau courante H24, des serviettes, un plombier dans l’hôpital pour la maintenance. Imaginez, un touriste allemand, français, italien qui passe dans les toilettes, l'image de marque de l'Algérie en prend un sacré coup.

Lamristif le 24/05/2017 à 8h48

Un ministre plein d'arrogance maintenu à son poste alors qu'il a défendu le charlatanisme (rahmat rabi) dans son département et tourné le dos aux spécialistes aurait dû être viré il y a longtemps. Malheureusement chez nous c'est l’incompétent et le médiocre qui est bonifié !

Commentaires
4 réactions