Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Amar Ghoul réagit aux marches contre le 5e mandat

“La solution réside dans le dialogue”


Le président du parti Tajamoue Amel el-Djazaïr (TAJ), Amar Ghoul, a livré, hier, une lecture singulière des marches citoyennes contre le 5e mandat, indiquant que les citoyennes et les citoyens, qui sont sortis dans la rue vendredi, l’ont été pour exprimer la demande de réformes profondes dans divers domaines de la vie socioéconomique et politique. Intervenant lors d’une cérémonie d’installation de la haute instance d’études et de prospective du parti, le président de TAJ a noté avec satisfaction “le caractère pacifique et civilisé” de ces marches, l’intervention “adéquate et professionnelle” des services de sécurité pour l’encadrement de ces marches et le traitement médiatique par différents supports avec “sagesse et sans verser dans le sensationnel qui était à même de pousser aux dérapages ou à l’anarchie”. Selon Amar Ghoul, “les voix des citoyens lors de ces marches exprimaient des demandes de profondes réformes”. Et ce, avant d’affirmer qu’“au parti Taj, nous respectons ces demandes et revendications”. Et de rappeler que ces profondes réformes ont été abordées “avec force et en toute clarté” par son parti, le 4 décembre 2018, à travers sa proposition de la conférence nationale inclusive. Et de poursuivre : “TAJ a appelé à une conférence nationale pour rassembler les Algériens, afin de contribuer ensemble à relever les défis et de construire la nouvelle Algérie, dont tout le monde rêve.” M. Ghoul rappelle, en outre, que sa formation politique avait dévoilé sept axes ou “défis” que devraient prendre en charge les réformes, à savoir la paix et la stabilité, l’économie et la politique, et la communication et la numérisation, ainsi que le défi régional et international. Autant de défis que TAJ a toujours tenté de “vendre” pour l’intérêt de l’Algérie, a-t-il réaffirmé, en réitérant son appel à “donner à la jeunesse la place qui lui sied et lui assurer l’encadrement idoine pour ne pas la livrer comme un appât aux agendas extérieurs, aux fléaux et à la violence et l’extrémisme”. Le président de TAJ a, par ailleurs, considéré les marches de vendredi comme “un mouvement social, politique et économique et pour des réformes profondes”, en faisant le parallèle avec les protestations qui ont touché d’autres secteurs, à l’instar de l’éducation, de la santé et des communes. Aussi, Amar Ghoul préconise aux parties concernées et aux secteurs responsables la nécessité d’engager un dialogue responsable et sérieux, en “ne laissant aucun déraper vers l’anarchie”.
“La solution réside dans le dialogue”, a-t-il martelé. “Mais aussi la nécessité qu’ont toutes les parties à s’éloigner de la provocation, de l’exclusion et de la marginalisation”, a insisté M. Ghoul, en soulignant l’urgence de trouver des solutions aux problèmes posés. Et ce, avant de lancer un appel à la sagesse et à la sauvegarde des intérêts du pays, mais aussi à des concessions dans l’intérêt de celui-ci.
Par ailleurs, en revenant sur la haute instance de son parti, Ghoul a indiqué qu’elle est l’une des décisions du premier congrès de son parti, tenu le 15 décembre dernier, et se veut “un large espace rassembleur qui transcende le cadre partisan étroit pour celui de l’Algérie”.             


A. R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER