Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

TIARET

La violence contre les femmes en débat

S’inscrivant en droite ligne des revendications féminines et dénonçant par tous les moyens accommodés la violation des droits humains, en plaidant pour l’élimination de toutes les formes de discrimination, la violence contre la femme est parmi les préoccupations majeures de la Commission nationale des femmes travailleuses, relevant de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Dans ce sillage, la ville de Tiaret a abrité, ce jeudi, un colloque national initié par le bureau local de la femme travailleuse, présidé par Mme Fatiha Benzama, et ce, en présence de Mmes Soumia Salhi et Meriem Mekora, respectivement présidente de la Commission nationale des femmes travailleuses et secrétaire générale du bureau de wilaya de Mostaganem de l’Association nationale des victimes du terrorisme dont elle est membre fondatrice et membre du bureau national. Dans un langage sans détour, Mme Soumia Salhi dénonce la pression dont est perpétuellement victime la femme algérienne, tant dans l’enceinte professionnelle, qu’au sein de la famille ou ailleurs. “Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre d’une campagne nationale de sensibilisation sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes, est, pour nous, une occasion d’exprimer notre exacerbation quant à la maltraitance de la femme”, dira-t-elle. Et d’ajouter : “Même si les chiffres sont loin de refléter l’exactitude quand la situation comminatoire des femmes violentées dans la mesure où rares sont celles qui arrivent à se libérer du sentiment de culpabilité, pour se plaindre officiellement de leurs agresseurs, le phénomène se veut de plus en plus alarmant en Algérie.” Ainsi, se basant sur les chiffres avancés par les services de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), 7 600 cas de femmes violentées, dont 52% en milieu familial, ont été enregistrés durant les neuf premiers mois de l’année en cours, et ce, contre 8 441 cas, dont 6 080 de violence physique et 2 026 de maltraitance, signalés durant la même période de l’année 2016. Dans ce contexte, l’intervenante a affirmé que l’Algérie se félicite d’être devenue, depuis 2015, deuxième pays au Maghreb, après la Tunisie, à adopter la loi criminalisant les violences contre les femmes. Une loi, a-t-elle souligné, qui modifie et complète le code pénal en introduisant la notion de harcèlement sexuel et punissant toute forme d’agression, de violence verbale, psychologique ou maltraitance, notamment en cas de récidive. Pour sa part, le Dr Nadjet Nehar, médecin légiste et non moins parlementaire, a affirmé que 80% de femmes violentées sont victimes de sévices au sein de la famille, non sans préciser que 70% relèvent de violences physiques et 28% de brutalités verbales, voire humiliation, insultes, menaces… Selon les cas consultés par ses soins, elle a souligné que 66,30 des femmes violentées sont âgées entre 20 et 40 ans, 13,99% ont moins de 20 ans, 13,51% ont de 41 à 60 ans et 6,20% dépassent 61 ans. Pour conclure, le Dr Nehar, qui maintient que le nombre d’agressions contre les femmes au sein de notre société interpelle plus que jamais les autorités compétentes à prendre en charge ce volet indéniablement sensible pour la protection des victimes et la sensibilisation des citoyens contre une telle atrocité, n’a pas omis d’évoquer cette fillette de 15 mois battue à mort par son père, cet enfant de 7 ans égorgé par son géniteur et cet homme de Ksar Chellala qui a tué froidement ses deux enfants de 4 et 7 ans.

R. SALEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER