Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Francis Perrin, Expert international

“L’accord de l’Opep doit être consolidé”

Il est impératif que la coopération entre pays Opep et non-Opep soit maintenue pour rééquilibrer le marché pétrolier international. L’accord de réduction de la production signé à Alger entre les deux parties depuis janvier 2016 doit être également consolidé. Mieux, il faut qu’il (l’accord) bénéficie d’une durée plus longue afin d’atteindre son efficacité et par la même, l’objectif recherché, à savoir une remontée des prix de l’or noir. C’est ce qui a été réalisé jeudi dernier lors de la réunion de vienne où l’accord a été prolongé de 9 mois, soit jusqu’au mois de mars 2018. Cependant, une telle opération nécessite une adhésion effective de chaque pays à travers le respect de ses engagements. L’expert M. Francis Perrin estime que, globalement, les pays membres de l’Opep appliquent de manière acceptable l’accord paraphé. Les pays non-Opep ont, quant à eux, opté pour une diminution progressive et plus lente. Le spécialiste des questions énergétiques observe que des paramètres sérieux empêchent le bon déroulement de cet accord. Autrement dit, celui-ci n’arrange pas certains pays producteurs de pétrole. C’est le cas des États-Unis, l’un des trois grands producteurs de pétrole brut aux côtés de la Russie et de l’Arabie saoudite. Aux USA, il n’y a pas eu d’accord de limitation de production depuis une dizaine d’années parce que les compagnies pétrolières sont nombreuses et surtout privées. “Chaque entreprise détermine son niveau de production en fonction essentiellement de leur rentabilité, c'est-à-dire du niveau des prix sur le marché”, explique le président de Stratégies et Politiques Energétiques (SPE). “Dans ces pays, il n’existe pas de compagnies nationales et l’on enregistre une absence de coordination entre les différentes sociétés productrices”, relève-t-il sur les ondes de la radio Algérie Internationale (RAI). L’autre facteur qui bloque l’évolution de cet accord, Francis Perrin évoque les petits producteurs qui ne peuvent de ce fait réduire encore davantage leur production. “C’est aux gros producteurs de faire l’effort de réduire leur production pour faire remonter les prix car pour nous, cela nous coûterait plus cher en termes de pertes de recettes d’exportations et de recettes budgétaires”, argue cette catégorie de pays producteurs. Le troisième facteur a trait à la souveraineté que ne veulent pas perdre certains pays en acceptant de réduire leur production. Ils refusent de s’impliquer dans ce type de coopération par principe, souligne M. Perrin. La principale menace face aux efforts consentis par les pays Opep et non-Opep pour relever le niveau des prix, reste la production du schiste américain. “Il faut soutenir les prix du pétrole. Mais il ne faut pas les faire remonter trop et trop vite parce que cela risque d’engendrer une forte production américaine qui créerait de nouveau un excédent de l’offre sur le marché, synonyme de baisse des cours”, suggère M. Perrin. Après une baisse en 2016 (8,9 millions de barils /jour), la production de brut américaine repart à la hausse en 2017 (9,3 mb/j) et en 2018 (10 mb/j), affirme l’expert en reprenant les projections des USA. Il reste, toutefois, optimiste pour une hausse des cours d’ici à la fin de l’année puisque la consommation pétrolière mondiale pourrait enregistrer une augmentation de 1,3 mb/j.

B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER