Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

D’après un rapport consacré à la région MENA

L’Algérie, championne des taxes sur la connectivité mobile


Cette imposition excessive semble ignorer complètement les contributions socioéconomiques positives que recèle véritablement ce secteur.
Dans son dernier rapport intitulé “Fournir une connectivité mobile au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Mena)”, la GSM Association (GSMA), un groupe d’intérêts représentant 800 opérateurs de téléphonie mobile à travers 220 pays dans le monde, donne un aperçu général sur les principales taxes, telles que la TVA, l'impôt sur les sociétés et les droits à l'importation, ainsi que les taxes sectorielles supplémentaires et les frais réglementaires, appliqués aux opérateurs mobiles dans la région Mena. “En Algérie et en Égypte, il existe jusqu'à huit frais réglementaires différents, entraînant une complexité fiscale”, constate le rapport consacré à sept pays de la région Mena, à savoir l'Algérie, l'Égypte, la Jordanie, le Maroc, l'Arabie saoudite, la Tunisie et la Turquie, des pays appelés, du reste, à mener au plus vite des réformes fiscales afin d’améliorer l'accès à la connectivité mobile. Ainsi, les taxes spéciales sur les services de communication mobile constituent, selon ce rapport, de grands obstacles qui entravent les consommateurs des services mobiles, en particulier les couches les plus pauvres de la population. De même, l'augmentation des taxes sur les entreprises et sur les revenus, appliquées aux opérateurs mobiles, amplifie les coûts et affecte négativement les investissements dans les réseaux et les services avancés. “Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la connectivité mobile constitue un facteur essentiel de la croissance économique et du développement social, soit 1,4% du PIB de la région”, a déclaré à ce sujet John Giusti, directeur des Affaires réglementaires de GSMA. “Cependant, dans les sept marchés analysés, les comportements fiscaux, allant des frais de recettes élevés aux taxes spéciales sur les services de communication mobile ou les combinés, ont un impact négatif sur l'accessibilité des consommateurs et les investissements de l'industrie. Avec le climat économique actuel, les gouvernements devraient être enclins à favoriser et ne pas entraver la croissance économique», a-t-il ajouté. D’après ce spécialiste, il existe une “opportunité tout à fait unique” pour les gouvernements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui souhaitent défendre une connectivité et une meilleure intégration numérique, à savoir réduire les taxes excessives sectorielles. D’après lui, cette baisse servira les intérêts des consommateurs, des entreprises et des gouvernements “en réduisant les coûts, en encourageant l'adoption de nouveaux services mobiles et en stimulant le PIB et les recettes fiscales globales à plus long terme”. Il semblerait donc, selon ce rapport rendu public cette semaine, que l'imposition excessive dans ces pays ignore les contributions socioéconomiques positives du secteur mobile et l’importante marge de progression de ce dernier.
Les réformes pourraient, en effet, engendrer des avantages socioéconomiques significatifs pour ces pays. À titre d’exemple, la GSMA estime que la réduction de la taxe spéciale à 12% sur les services mobiles en Jordanie aurait le potentiel de générer quelque 570 000 nouvelles connexions mobiles.
Sur un autre chapitre, les processus d’octroi et de renouvellement des licences dans la transparence fourniraient, selon ce rapport, “une plus grande certitude sur les opérations futures et les incitations à l'investissement pour les opérateurs”.


Mohamed-Chérif Lachichi

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER