Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le FMI achève les consultations de 2017

“L’Algérie reste confrontée à des défis importants”

Le FMI préconise des réformes structurelles ambitieuses de l’économie algérienne. ©D. R.

Selon le FMI, il est important d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, d’accroître le taux d’activité des femmes et de continuer d’ouvrir l’économie aux échanges et à l’investissement direct étranger.

Dans son rapport annuel sur l’économie algérienne, établi au titre de l’article IV de ses statuts, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l’Algérie reste confrontée à des défis importants posés par la baisse des cours pétroliers.
Publié jeudi, le rapport du FMI, qui salue les efforts que les autorités déploient pour s’adapter au choc pétrolier, estime que pour relever les défis importants auxquels l’économie algérienne est confrontée, il est important de mettre en œuvre un dosage équilibré des mesures de politique économique, ainsi que des réformes structurelles ambitieuses, pour assurer la viabilité des finances publiques, réduire les déséquilibres extérieurs, diminuer la dépendance à l’égard des hydrocarbures et rehausser la croissance potentielle. En termes plus clairs, les administrateurs du FMI soulignent qu’il est nécessaire d’opérer des réformes structurelles de grande envergure pour diversifier l’économie et promouvoir un secteur privé dynamique.
Ils soulignent aussi qu’il est nécessaire d’agir rapidement pour réduire la bureaucratie, améliorer l’accès au crédit, ainsi que renforcer la gouvernance et la transparence. Selon le FMI, il est important de réduire l’inadéquation des qualifications, d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, d’accroître le taux d’activité des femmes et de continuer d’ouvrir l’économie aux échanges et à l’investissement direct étranger. Le rapport préconise de bien concevoir la stratégie globale et d’enchaîner les mesures de manière à ce que les réformes se renforcent mutuellement et à ce que la charge de l’ajustement économique soit partagée de manière équitable.

Un secteur financier à renforcer
Le rapport du FMI note que le secteur bancaire dans son ensemble est bien capitalisé et rentable. Cependant, il insiste sur le fait de continuer à renforcer la politique du secteur financier face aux risques croissants qui pèsent sur la stabilité financière en raison du choc pétrolier. Ils encouragent les autorités à accélérer le passage à un dispositif de contrôle basé sur le risque, à accroître le rôle de la politique macro-prudentielle, à renforcer la gouvernance des banques et à mettre en place un dispositif de résolution des crises.
Pour gérer la liquidité, les experts du FMI saluent l’introduction par la banque centrale des opérations d’open market. Mais en plus, ils recommandent que la banque centrale élimine sans tarder les opérations de réescompte afin d’encourager les banques à gérer leurs liquidités de manière plus efficace. Étant donné les tensions inflationnistes, les administrateurs encouragent les autorités à être prêtes à relever leur taux directeur. Le Fonds note qu’une plus grande flexibilité du taux de change, accompagnant l’assainissement des finances publiques contribuerait à réduire les déséquilibres extérieurs et à favoriser le développement du secteur privé. En matière de financements, les administrateurs sont généralement d’avis que recourir à un éventail plus large de possibilités de financement, y compris un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics, et donner plus de flexibilité du taux de change, pourrait fournir une marge de manœuvre budgétaire pour opérer un ajustement plus progressif et plus propice à la croissance que celui prévu actuellement et diminuer ainsi son impact sur l’activité économique.

Les indicateurs toujours au rouge
Le rapport note que malgré un certain redressement des finances publiques en 2016, les déficits budgétaires et courants restent larges et la dette publique a augmenté, en partie sous l’effet de la matérialisation des garanties de prêts octroyés par le gouvernement. L’institution de Bretton-Woods relève que l’activité économique a été globalement résiliente, mais précise que la croissance s’est ralentie dans le secteur hors hydrocarbures en partie sous l’effet de la réduction des dépenses et est estimée à 2,9% pour 2016. Le taux d’inflation est passé de 4,8% en 2015 à 6,4% en 2016 et se chiffrait à 7,7%, en glissement annuel, en février 2017. Le taux de chômage s’est établi à 10,5% en septembre 2016 et reste particulièrement élevé chez les jeunes (26,7%) et les femmes (20,0%). Les réserves internationales, bien qu’encore abondantes, ont chuté rapidement.

Saïd Smati



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
népourêtrelibre le 03/06/2017 à 22h28

Moi je dis que l'Algérie de Bouteflika est toujours confrontée à des problèmes importants par exemple mettre en marche une démocratie et une république laïques, avoir un président élu par le peuple, une assemblée constitution, une police, une gendarmerie, un sénat et plein d'autres sujets... Cependant, ces défis ce régime ne pourra pas les régler car il est d'abord illégitime et ce depuis 55 années...

Commentaires
1 réactions