Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

le ministère de la santé préconise des Mesures préventives

Lancement d’un dépistage chez les porteurs sains

Dans un communiqué rendu public hier, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a dressé le bilan de la situation épidémiologique du choléra au 10 du mois en cours. Le département de Mokhtar Hasbellaoui affirme que le patient hospitalisé à l’établissement psychiatrique de Sidi-Chahmi, à Oran, et celui transféré de l’EPH d’Aïn Taya vers l’EHS d’El-Kettar sont des “cas sporadiques ayant été contaminés, selon l’enquête épidémiologique, par des porteurs sains”.
Le patient de la structure psychiatrique d’Oran, âgé de
46 ans, originaire de la wilaya de Tiaret, a été admis le 14 août dernier en psychiatrie, dans le cadre d’un placement judiciaire, révèle un deuxième communiqué émanant, cette fois-ci, de la Direction de la santé et de la population d’Oran. “Dès son admission au service des maladies infectieuses, le patient a reçu un traitement selon le schéma thérapeutique d’une maladie cholérique conformément au protocole en vigueur. Son état s’est nettement amélioré. Les prélèvements effectués sur ce patient se sont tous révélés négatifs et aucun cas n’a été recensé. Actuellement, la situation est totalement maîtrisée et il n’y a aucun risque potentiel sur la population”, a affirmé cette structure, hier matin, avant d’être contredite dans l’après-midi par le ministère la Santé.
Des sources médicales avancent l’admission de quatre autres cas suspects de choléra mis en isolement au service des maladies infectieuses de l’hôpital d’Oran. Ces informations livrées en off par le personnel médical n’ont pas été confirmées officiellement.
La Direction de la santé et de la population d’Oran a annoncé néanmoins une série de mesures préventives mises en place dans l’établissement psychiatrique de Sidi-Chahmi. Des prélèvements et traitements prophylactiques ont été effectués sur l’ensemble des malades et du personnel soignant. Des dispositions pour la désinfection de la totalité des pavillons et le contrôle des boissons de consommation et des eaux usées sont prises. Sans donner un chiffre précis, le ministère de la Santé soutient que le nombre des cas suspects hospitalisés sur le territoire national a sensiblement diminué, même si les dispositifs de veille sanitaire mis en place depuis demeurent “en vigueur et la mobilisation des équipes de santé reste au plus haut niveau”.
Les directeurs de la santé publique des différentes wilayas ont été instruits, avance-t-on, de prendre en charge immédiatement les cas suspects et de renforcer le dépistage actif à la recherche de porteurs sains. Pour les médecins infectiologues, la grande difficulté n'est pas tant de soigner les patients que d'identifier les porteurs sains, ceux qui ont la bactérie dans leur corps sans tomber malade, car ce sont eux qui diffusent la maladie.

Nissa H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER