Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Lutte contre l’ulcère du pied diabétique

L’apport de la clinique privée Ibn Nafis

Toutes les conditions pour une meilleure prise en charge des malades atteints de l’ulcère du pied diabétique (UPD) sont réunies au sein de la clinique spécialisée Ibn Nafis. Les responsables de cet établissement privé ont ainsi décidé d’assurer toutes les prestations indispensables à la guérison des diabétiques. De la consultation jusqu’aux actes chirurgicaux dans le bloc opératoire et autres soins en passant par la radiologie et la podologie et les divers examens, le patient suit les différentes étapes et protocoles de traitement dans cette structure sanitaire sise au quartier Les Sources, à Bir-Mourad-Raïs. L’équipe médicale conduite par le professeur cubain, Georges Valdes, veille au bon déroulement des interventions sur les pieds des malades et surtout à la conduite exemplaire de ces derniers par rapport à leur maladie. Outre la disponibilité de la formule magique, à savoir le médicament Heberprot-P qui a fait ses preuves dans de nombreux pays au monde, la clinique Ibn Nafis offre toutes les chances pour que l’UPD des diabétiques enclenche le processus de guérison. D’innombrables patients arrivent avec une jambe immobilisée à cause des lésions au pied, ils repartent au bout de quelques jours avec leurs deux jambes en toute autonomie. Heberprot-P fait des miracles, reconnaissent avec soulagement les malades. Au moment où leurs médecins traitants “décrétaient”, indubitablement, l’amputation de leur membre inférieur, le Pr Georges Valdes, lui, conclut une possibilité de rétablissement. “Vous pouvez récupérer votre pied avec les injections d’Heberprot-P et les soins nécessaires”, déclare le professeur aux patients qu’il a lui-même sélectionnés. Il s’agit des malades dont l’UPD n’a pas atteint un stade avancé. Pour cette catégorie, l’espoir de guérison est permis. En revanche, pour ceux dont les lésions sont trop profondes, le médicament ne servira pas à une rémission complète et définitive. Ce sont en fait les diabétiques qui arrivent trop tard à la clinique. Pour ceux-là, le groupe de médecins avoue, en toute légitimité, leur incapacité à les soigner et à leur éviter les complications qui surgissent fréquemment dans pareils cas. Sinon, le taux de réussite pour les malades pris en charge par le professeur Valdes est plus que satisfaisant. “Beaucoup de malades sont venus chez nous à la clinique dans l’ultime espoir de leur épargner une mutilation certaine, décidée par leurs médecins traitants dans les hôpitaux. Après avoir suivi les diverses étapes de traitement, nous avons pu exaucer leur vœu grâce aux compétences de nos médecins dirigés par le professeur Valdes”, indique Mlle Djebbar Lyna, gérante de l’établissement. Armée d’une bonne volonté,
Mlle Djebbar s’investit corps et âme dans la clinique et se démène au quotidien pour répondre aux besoins des malades et leur offrir toutes les commodités requises. Mieux, la structure est dotée de chambres d’hébergement en annexe (indépendante à la clinique) mises à la disposition des patients et leurs accompagnateurs venus de l’intérieur du pays. La clinique Ibn Nafis, faut-il le rappeler, s’installe dans un nouveau siège à Bir-Mourad-Raïs. À l’occasion de ce transfert, un examen médical est offert gratuitement du 24 au 28 septembre en cours. La consultation sera assurée par le professeur Valdes, lui-même. Dans le but de faire profiter un maximum de malades, Mlle Djebbar sollicite, par ailleurs, l’intervention des autorités compétentes pour que le médicament Heberprot-P, qui continue à guérir et à soulager des centaines de diabétiques, soit remboursé par les caisses de la Sécurité sociale. “Son remboursement revient moins cher qu’une amputation et réduit le nombre de handicapés que cette opération engendre dans la société avec toutes ces conséquences sur les plans psychologique et économique”, argue cette responsable. Il est à noter qu’entre 8 000 et 13 000 amputations du pied diabétique en moyenne sont exécutées chaque année en Algérie. De source médicale, 5 à 10% des diabétiques souffrent de lésions au pied.


B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER