Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 319 nouveaux cas de Covid-19 durant les dernières 24 heures, portant le nombre des cas confirmés à 57651
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

el-bahia-tv Viole le couvre-feu sanitaire

L’Arav sévit, la police ouvre une enquête


Les responsables d’El-Bahia TV, chaîne de télévision privée basée à Oran, convoqués par l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), ouverture d’une enquête des services de police, fermeture de l’hôtel Zénith par les autorités de la wilaya, telles sont les premières mesures prises au lendemain de la diffusion d’une émission consacrée à la fête de l’Aïd, animée par la télévision de Youssef Djebbari dans la salle des fêtes de l’hôtel appartenant à Karim Louhibi.

L’émission, où l’on voyait des familles et des invités attablés, et des chansons interprétées par des chanteurs locaux, a été diffusée le jour de l’Aïd et rediffusée le lendemain. Organisée en violation des dispositions du couvre-feu sanitaire et sans respect de la distanciation sociale imposée par le coronavirus, selon les images diffusées lundi soir, l’émission a, dans un premier temps, provoqué une tempête sur les réseaux sociaux de la part d’internautes outrés par le mépris de la télévision et des participants de l’émission à l’égard des Algériens.

Dans un second temps, le propriétaire du Zénith, M. Louhibi, a réagi dans un post sur Facebook pour expliquer que sa démarche visait, selon lui, d’une part, à apporter un peu de joie aux Algériens vivant le stress et la tension depuis plusieurs semaines et, d’autre part, soutenir les artistes qui se trouvent dans une situation peu reluisante. Mais ces explications n’ont pas convaincu l’Arav et les autorités locales qui ont décidé d’ouvrir une enquête sur cette violation du confinement sanitaire et de poursuivre en justice les responsables de cet acte pouvant porter préjudice à la santé publique.

Une source proche d’El-Bahia TV — qui ne s’est pas encore prononcée sur cette affaire — a toutefois indiqué que la télévision avait bénéficié d’une autorisation pour réaliser son émission alors que le communiqué officiel de la wilaya parle d’une “activité non autorisée”. 

 

 

S. Ould Ali


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER