Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

L’augmentation des salaires entérinée

Le projet de loi de finances 2015 prévoit l’abrogation de l’article 87 bis relatif au SNMG contenu dans le code du travail. Ce texte consigne donc l’engagement du chef de l’état à respecter sa promesse électorale. Il est désormais certain que les salaires des smicards seront augmentés à partir de janvier 2015, un effet de la suppression de l’article 87 bis. Une mesure qui touchera des millions de travailleurs. Elle aura cependant un impact sur les finances publiques. Puisque l’État devra débourser des dizaines de milliards de dinars pour financer cette hausse des salaires qui concernera notamment les fonctionnaires.
Mais cette mesure va entraîner un manque de cohésion dans la grille des salaires de la Fonction publique. Puisqu’un ouvrier professionnel deuxième catégorie va toucher presque le même salaire qu’un ouvrier professionnel première catégorie.
À moins que cette mesure, sous le feu vert du gouvernement, n’entraîne un effet de dominos. Les ouvriers deuxième catégorie seront alors également concernés. Mais l’impact financier sera plus lourd. La question est de savoir si le gouvernement a les moyens de cette politique.
En fin de compte, cette situation renvoie à la politique des salaires de l’État. Liée à la productivité et à la performance, comme ce n’est pas le cas actuellement, ses effets seront tellement positifs sur l’économie que les pouvoirs publics pourront trouver aisément les ressources financières pour distribuer des salaires décents aux travailleurs.

K. R.