Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Développement de l’agriculture

L’autosatisfecit d’Abdelkader Bouazghi

À la cérémonie de clôture, jeudi, du 18e Salon de l’élevage et de l’agroéquipement, Sipsa Sima, qui s’est tenu au Palais des expositions du 8 au 11 octobre, le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi, a relevé les progrès de la production nationale.
L’agriculture algérienne couvre à 100% les besoins nationaux en légumes et en viandes blanches et à 95% en viande rouge, a souligné le premier responsable du secteur. “Grâce à l’évolution du secteur, le citoyen consomme aujourd’hui des légumes issus à 100% de la production algérienne, 100% des viandes blanches consommées sont également issus de l’offre locale et 95% des viandes rouges proviennent de la production nationale”.
Si ces progrès sont indéniables, il convient de ne pas occulter le fait que ce secteur rencontre de multiples contraintes à la production et que de graves insuffisances bloquent son développement rapide. Pour preuve, en vue d’assurer cette quasi-autosuffisance en viandes rouges, l’Algérie doit importer du cheptel bovin et procéder à son abattage en Algérie pour pouvoir couvrir les besoins du pays en viande bovine, rapporte une source sûre. Le ministre de l’Agriculture a ajouté que de nombreuses actions de coopération ont été menées entre l’Algérie et la Hollande, pays invité d’honneur de la manifestation. L’ambassadeur néerlandais, Robert Van Embden, a manifesté la volonté des Pays-Bas de renforcer leur coopération dans ce secteur réitérée par la ministre hollandaise de l’Agriculture qui a eu à visiter les stands du salon.
À noter que le salon, placé sous le thème “Pour une agriculture intelligente, face au défi d’une sécurité alimentaire et sanitaire durable”, a programmé plusieurs conférences liées aux recommandations issues des assises nationales de l’agriculture d’avril dernier, indique l’APS. En ce sens, quatre forums ont été organisés en marge de l’exposition : le forum sur le lait et les produits laitiers, le forum international sur l’agro-écologie, la mécanisation innovante et les ressources renouvelables, le troisième sur les fruits et produits maraîchers, le quatrième sur l’aquaculture et les ressources halieutiques. Les panelistes de chaque forum ont proposé des recommandations à l’issue de la collecte des avis des participants, adressées au ministère de l’Agriculture.
Le premier forum a relevé la non-valorisation du volume de la production laitière du pays, au même titre que le potentiel dormant constitué par la production en lait de chamelle, de brebis et de chèvre. Un participant à ce forum a posé le problème du foncier qui bloque le développement de l’investissement dans de nouvelles fermes laitières. “Pour une ferme laitière de 3 000 vaches, l’investisseur a dû acheter 1 500 hectares sur le marché à un prix de 500 dinars le mètre carré. Sa ferme pour se développer demande plus de terres. Il ne peut aller plus loin”, rapporte un panéliste. Le second forum a relevé la nécessité de développer le patrimoine horticole, celui constitué par les plantes aromatiques et les huiles essentielles. Le troisième forum a insisté sur la nécessité de développer les aspects liés à la normalisation et à la labellisation pour pouvoir placer les produits maraîchers à l’étranger, de diversifier les cibles d’écoulement des produits, de prospecter dans les pays émergents où les chances de décrocher des marchés sont plus importantes, de mettre en place une fiscalité plus incitative pour les producteurs et les exportateurs, de revoir la réglementation et la stratégie à adopter pour pénétrer des marchés nouveaux, notamment ceux liés au bio. Quant au quatrième forum, il a suggéré d’œuvrer pour la levée de la barrière technique liée à l’exportation du poisson, de développer les aspects liés à la qualité du produit ainsi que d’assurer la disponibilité des intrants.


K. Remouche


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER