Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Il invite les avocats à ne pas renseigner la chancellerie

Le barreau d’Alger se révolte contre Tayeb Louh

Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux. ©Zehani/Liberté

Le conseil de l’ordre des avocats a déjà informé le ministère de la Justice de son refus de se conformer à sa demande de renseignement.  

Rien ne va plus entre les avocats et le ministère de la Justice. Du moins avec le bâtonnat d’Alger. Au département de Tayeb Louh, qui veut exiger un maximum d’informations personnelles sur les hommes en robe noire, le bâtonnier  Sellini oppose un refus catégorique.

Dans une note envoyée aux adhérents de son organisation, le bâtonnier Abdelmadjid Sellini, président du bâtonnat d’Alger, demande aux avocats de refuser de remplir un formulaire qui leur a été adressé par le ministère de la Justice. Le document, dont nous détenons une copie, rappelle qu’un formulaire, adressé par la chancellerie, demande aux avocats de fournir des informations personnelles et des photographies dans les tribunaux de leur activité. Or, “ce formulaire a déjà été rejeté par le bâtonnat”, indique le document signé par Abdelmadjid Sellini. “Après analyse, et c’est parce que ce formulaire contient des informations personnelles visant à attenter à l’indépendance de la profession d’avocat de sorte à la rendre dépendante du ministère de la Justice”, accuse l’avocat. Le conseil de l’ordre a “déjà informé le ministère de la Justice de son refus d’accepter ce formulaire, en conformité avec la constitutionnalité de l’indépendance de la profession d’avocat et la concrétisation de cette indépendance par le biais du statut régissant notre profession”, note le document. C’est cela qui a poussé Abdelmadjid Sellini à demander à tous les avocats qui dépendent du barreau d’Alger de refuser de remplir ce formulaire.
Le conflit entre les avocats et l’Exécutif ne date pas d’aujourd’hui. Les premiers ont même organisé des sit-in et des manifestations publiques à l’occasion de la présentation, en 2011 et en 2012, de la loi portant sur la profession d’avocats. Ces derniers sont allés jusqu’à boycotter certaines audiences parce qu’ils estimaient que le statut qui leur est destiné ne les protège pas suffisamment.
À ces faits, il faut ajouter une animosité personnelle qui a toujours existé entre le ministre de la Justice, Tayeb Belaïz, et le bâtonnier d’Alger, Abdelmadjid Sellini. Ce dernier a trouvé du mal à décrocher, en 2017, un nouveau mandat de bâtonnier d’Alger. L’élection avait alors pris plus de temps que prévu. Des avocats soupçonnaient d’ailleurs des pressions de la chancellerie sur certains avocats pour les dissuader de voter pour Sellini.

A. Boukhlef


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
aminelicia le 06/07/2018 à 12h57

Cela ne concerne pas uniquement les avocats. Ces messieurs d'en haut veulent transformer l'Algérie en un vaste fichier où chacun aucun aura sa fiche bien classée, avec son passé, son présent et pourquoi pas, son avenir. La Nomenklatura qui dirige le pays, peut y trouver les boucs émissaires au moment opportun, pour masquer ses incompétences et ses propres turpitudes. Les faux coupables et les lampistes seront ainsi désignés, sur lesquels elle pourra taper dans l'impunité la plus totale.

Commentaires
1 réactions