Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Porté par le risque géopolitique

Le Brent franchit la barre des 79 dollars


Les prix du pétrole Brent semblent s’être confortablement installés au-dessus des 79 dollars. Hier, vers 10h GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 79,13 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 7 cents par rapport à la clôture de mardi. Le prix du Brent avait atteint en cours de séance les 79,66 dollars. Il faut dire que les perturbations de l’offre continuent d’offrir un soutien aux cours. Selon le ministre russe de l'Énergie, Alexander Novak, le marché pétrolier mondial est encore “fragile” en raison de problèmes géopolitiques et de la baisse de la production dans certains pays. S’exprimant, hier, lors d'une conférence économique dans la ville russe de Vladivostok, Alexander Novak a indiqué qu’“aujourd'hui, la situation est assez fragile, bien sûr, et est liée au fait que tous les pays n'ont pas réussi à restaurer leurs parts de marché”. “Cela signifie que le marché n'est pas encore équilibré dans une perspective à long terme”, a-t-il ajouté. Il a aussi fait valoir les incertitudes qui planent sur le marché à cause des sanctions économiques américaines contre l’Iran, se demandant comment feront les pays qui achètent près de 2 millions de barils par jour de pétrole iranien. En effet,  des données ont montré que les exportations de brut iranien baissaient à l'approche de l'entrée en vigueur, le 4 novembre, des sanctions économiques américaines contre Téhéran. Dans son dernier rapport mensuel, publié mardi, l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a estimé que la production iranienne de brut a chuté de 200 000 barils par rapport à juillet. Le comité ministériel conjoint de suivi de la mise en œuvre de l’accord Opep, qui se réunira à Alger les 22 et 23 septembre, aura fort à faire. La réunion est prévue en présence notamment des ministres de l'Énergie d'Arabie saoudite et de Russie. Leur homologue iranien, qui s'était opposé en juin à une hausse de la production qui permettrait à d’autres producteurs de récupérer les parts de marché perdues par Téhéran à cause des sanctions américaines, sera également présent. Il est probable que l’Arabie saoudite et la Russie viennent défendre, à Alger, une nouvelle hausse de la production, alors que l’Iran s’y opposera, plaidant pour le respect des accords de réduction de la production signés en décembre 2016. L’agence officielle Isna a rapporté, il y a quelques jours, que la participation de Bijan Zanganeh à la réunion d’Alger s’inscrit dans l’objectif de défendre les parts de marché de l’Iran et d’empêcher que d’autres producteurs puissent les récupérer au nom de la sécurisation de l’approvisionnement mondial en pétrole. C’est dire que les tensions entre membres de l’accord restent, pour le moins, vives. La hausse des cours s'explique, par ailleurs, par l’ouragan Florence qui devrait atteindre en fin de semaine la côte est des États-Unis vers la Virginie et les deux Caroline. Il ne menace pas les principales raffineries et sites de production situés dans le Golfe du Mexique, mais l'ouragan devrait toucher le Colonial Pipeline. Cet oléoduc de produits raffinés comme l'essence et le diesel relie Houston et New York. Par ailleurs, le rapport hebdomadaire des stocks par la fédération privée American Petroleum Institute, publié mardi, a également soutenu les cours. Selon l'API, les réserves de brut outre-Atlantique ont baissé de 8,64 millions de barils contre un recul de 2,25 millions attendu par les analystes. Les investisseurs y voient le signe d'une demande plus importante que prévu aux États-Unis. De plus, le département de l'Énergie américain a révisé à la baisse ses estimations de production pour l'année 2019 de 11,7 millions de barils par jour (mbj) à 11,5 millions mbj.

Saïd Smati


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER