Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le p-DG de la cimenterie publique de chlef sous mandat de dépôt pour détournement

Le ciment de la corruption

© D. R.

Des marchandises d’une valeur de 40 milliards de centimes destinées à des entreprises du Sud sont détournées et écoulées sur  le  marché informel.

Le  P-DG   de  l’Entreprise  des  ciments  et  dérivés  de  Chlef,  l’ex-directeur commercial, le responsable de l’une des unités de vente des ciments du Sud, le coordinateur des mêmes unités, le comptable  et  l’un  des  chauffeurs qui assurait la liaison entre Chlef et le sud  du  pays   ont   été  placés  jeudi  sous mandat  de  dépôt  par  le  magistrat   instructeur près  le tribunal de Boukadir.

Les mis en cause sont cités dans une grosse affaire de détournement de la marchandise (ciment), destinée à l’unité de l’entreprise sise à Tamanrasset, vers le marché informel pour la bagatelle de 40 milliards de centimes.

Aussi, et dans le cadre du même scandale qui a ébranlé l’entreprise, le juge d’instruction a placé tous les autres mis en cause sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le pays— leurs passeports leur ont été retirés — en attendant la tenue de leur procès, et ce, une fois les auditions de tous les témoins définitivement achevées.

Au total, ce sont 40 employés entre cadres et agents de la cimenterie d’Oued Sly (ECDE) dans la wilaya de Chlef qui ont été présentés, en fin de semaine, devant  le  juge  d’instruction  près  le  tribunal  de  Boukadir  territorialement compétent. Outre  les  employés de l’entreprise, plusieurs autres  personnes étrangères à la cimenterie sont  également concernées  par  les  auditions en question.

Selon nos différentes sources, les comparutions successives devant le magistrat instructeur, qui, d’ailleurs, se poursuivent et risquent de durer encore longtemps compte tenu de la gravité et de la complexité des faits qui sont reprochés aux présumés mis en cause, sont engagées à la suite des enquêtes approfondies que les services sécuritaires et administratifs concernés avaient menées des mois durant.

Toujours  d’aprè s nos  mêmes sources, ces personnes sont toutes impliquées dans une affaire de vente illégale de grosses quantités de ciment qui devaient être acheminées vers le sud du pays, précisément vers des points de vente qui relèvent de la même entreprise et se trouvant dans des wilayas du Sud dont celle de Tamanrasset et ce, conformément à la politique engagée par l’entreprise qui espérait élargir son chiffre d’affaires.

“Mais  malheureusement, ces  quantités  de  ciment  ne  sont  jamais  arrivées à destination, alors  que  les  frais  relatifs  à  leur  transport  entre  Chlef  et Tamanrasset étaient régulièrement assurés par l’État”, nous révèle-t-on.

Nos différentes sources expliquent également à ce sujet que la marchandise en question était, à chaque fois à sa sortie de l’usine d’Oued Sly, revendue frauduleusement  à  d’autres  particuliers  dans  d’autres  régions  du  pays moyennant d’autres prix de vente plus élevés en comparaison avec celui appliqué légalement par l’entreprise et dont les recettes — le montant global dépasserait les 40 milliards de centimes — n’ont jamais été comptabilisées ni n’ont atterri dans les caisses de l’ECDE mais, bien au contraire, se sont totalement évanouies dans la nature.

“C’est à la  suite  de  correspondances  de  dénonciation  qui  provenaient particulièrement de l’unité de vente de la wilaya de Tamanrasset que des enquêtes minutieuses ont été aussitôt déclenchées et ont donné ainsi lieu à ce résultat après avoir démasqué l’ensemble des acteurs à l’origine de ce scandale”, ajoutent nos sources.

Ces derniers ont aussi dévoilé que  tout  cela se déroulait, depuis des années, avec la complicité directe de certains responsables de points de vente dans le sud du pays, qui n’hésitaient pas à signer régulièrement des PV de réception de grandes quantités de ciment, alors qu’il n’en était rien.

“Ils étaient en relation directe avec les gestionnaires de l’ECDE (Entreprise des ciments et dérivés de Chlef) qui s’étaient tous mis d’accord au préalable sur cette forme de détournement de fonds et de ciment”, confirment encore nos sources. 
 

AHMED CHENAOUI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER