Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Oued Ghir (Béjaïa)

Le cimetière chrétien profané

Dans la nuit de jeudi à vendredi derniers, un acte de vandalisme s’est produit au cimetière chrétien britannique de la commune d’Oued Ghir. De nombreuses tombes ont été profanées. Des pierres tombales ont été brisées et renversées. Un acte qui a suscité l’indignation de la population, connue pour sa tolérance. Beaucoup d’internautes ont dénoncé sur leur page facebook cet acte de vandalisme et exigent qu’une enquête soit ouverte par les services de sécurité pour identifier et arrêter le ou les auteurs de cette profanation. Nordine Hammoumraoui écrit sur sa page facebook que “Abou marteau est passé par Oued Ghir. Notre silence est une complicité”. Allusion faite ici, par l’internaute, au saccage dernièrement de la statue de Aïn El-Fouara par un islamiste. Un autre internaute, Nasser Yanat, estime qu'“il faut un dépôt de plainte collectif et trouver les coupables, la piste islamiste est privilégiée et il faut agir et arrêter de parler, impliquer l’APC et les responsables locaux, faire du bruit et sensibiliser la population”. Enfin, le responsable du centre de documentation en droits de l’Homme (CDDH) de Béjaïa, Hocine Boumedjane, a écrit qu’“un acte barbare vient de se produire au cimetière des Anglais à Oued Ghir, dans la wilaya de Béjaïa, en s'attaquant aux tombes et aux morts qui est un crime inqualifiable, inacceptable et honteux. Le centre de documentation en droits de l'Homme (CDDH-Béjaïa) condamne avec la plus grande fermeté cet acte de vandalisme et ne peut admettre la profanation de tombes quelles que soient leurs croyances et leurs religions. Le CDDH exige l'ouverture d'une enquête afin de démasquer les auteurs qui auront à répondre pour leurs actes conformément à la loi.” La gendarmerie d’Oued Ghir a ouvert une enquête.

L. OUBIRA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER