Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Après la rencontre d’Abdelhafidh Milat avec Djamel Ould Abbes

Le Cnes s’en lave les mains


Le coordonnateur national du Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), Abdelmalek Azzi, a rejeté, hier, la réunion qui s’est tenue ce week-end entre le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes, et une délégation de l’aile contestée du Cnes conduite par son “coordonnateur” Abdelhafidh Milat.
Dans un communiqué rendu public, Abdelmalek Azzi assure qu’il “rejette cette réunion et toutes les conséquences qui peuvent en résulter comme engagements, déclarations ou la tentative d’entraîner notre syndicat dans les combats politiques”. Le Cnes s’est dit “surpris” de cette rencontre entre une personne “sans statut”, contre laquelle la justice a émis une décision, et le secrétaire général du FLN. “Comment un parti comme le FLN, qui dispose d’un potentiel humain et matériel lui permettant de suivre la moindre activité de la scène syndicale et politique, peut-il rencontrer une personne sans statut, et contre laquelle, la justice, comme rapporté par les médias, a rendu une décision le 01-04-2018 par le tribunal de Bir Mourad-Raïs ?”,
s’interroge Azzi. Pour lui, cette rencontre entre
Milat, dont la légitimité est contestée, procède d’une volonté de cet homme d’entraîner le syndicat dans la surenchère politique.
“Les tentatives d'émerger, à ce moment précis et dans de telles circonstances politiques, confirme, une fois de plus, l'intention de cette personne d’exposer le syndicat à la surenchère politique, sachant que notre syndicat a toujours observé la neutralité dans toute action politique directe, afin de préserver l'unité de nos militants qui ont des affiliations politiques”, explique Abdelmalek Azzi. “Un principe, maintenu par toutes les conférences successives depuis plus de 28 ans, celui de ‘penser à la politique, mais ne pas pratiquer la politique au nom du syndicat’, avec l'assurance que le Cnes est et restera toujours une organisation indépendante, dont les seules préoccupations sont la défense des droits sociaux professionnels des professeurs, la défense de l'université publique et sa promotion et la défense de libertés syndicales”, conclut le texte.


K. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER