Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le panel multiplie les faux pas

Le conflit de l’Ugel s’invite chez Karim Younès

Karim Younès, coordinateur du panel. © APS

L’effet boomerang inattendu viendra, lui, des étudiants qui ne reconnaissent ni la représentativité de cette organisation ni le dialogue initié par un pouvoir invité expressément à partir depuis le 22 février dernier.

Récusé par la rue depuis son installation, le panel pour la médiation et le dialogue multiplie les faux pas et accentue le flou qui caractérise sa démarche. Car au-delà des impairs relevés par les observateurs et les médias dans les déclarations de ses membres et/ou porte-parole attitrés, son empressement à asseoir à sa table de concertations des acteurs en mal de représentativité, sinon inféodés aux courants politiques décriés par le hirak dénote des soupçons de louvoiement qui accréditent davantage le rejet dont il fait l’objet. 
Le rassemblement organisé avant-hier par des étudiants devant le siège de l’instance dirigée par Karim Younès puis l’irruption bruyante dans la salle de réunion pour dénier le dialogue avec le panel et ses invités, représentants présumés de la communauté estudiantine, en sont l’illustration patente. Réaction probante des étudiants universitaires qui ne tardera pas à révéler une immixtion trouble du panel dans un conflit interne d’une organisation estudiantine, l’Ugel en l’occurrence, contestée elle-même par les plus fervents activistes du hirak parmi les étudiants. En effet, en privilégiant une aile de cette organisation, la plus docile vraisemblablement, le panel n’a fait qu’attiser les rivalités qui minent l’Ugel depuis plusieurs mois déjà. L’effet boomerang inattendu viendra, lui, des étudiants qui ne reconnaissent ni la représentativité de cette organisation ni le dialogue initié par un pouvoir abominé et invité expressément à partir depuis le 22 février dernier. Deux communiqués antagoniques frappés du sceau du bureau exécutif de cette organisation et paraphés le samedi 17 août par “deux secrétaires généraux” qui se livrent visiblement une guerre sans merci pour le contrôle de l’Ugel ont été donc rendus. Le premier, celui de l’aile invitée par le panel et signé Doudji Salah-Eddine, rend compte de la rencontre entre une délégation de l’Ugel conduite par son “secrétaire général” et l’instance pour la médiation et le dialogue. Le document évoque aussi un compromis conclu entre le président de ce parti et le conseiller du président déchu, et autres menaces dont ils auraient fait l’objet en raison de leur opposition au régime politique. La riposte de l’aile ignorée par l’instance de Karim Younès et signée par Samir Anssal se démarque, pour sa part, de la réunion en question et nie que l’Ugel a tenu une quelconque rencontre avec le panel. 
Le deuxième communiqué jette, en effet, son dévolu sur la personne du secrétaire général présumé de l’Ugel qu’il accuse d’usurpation de qualité. “Aucune relation ne lie cet individu à l’Ugel ni à l’université de même qu’il n’est même pas étudiant et est poursuivi en justice dans plusieurs affaires dont l’usurpation de qualité, le faux et usage de faux”, mentionne le communiqué, qui précise que le président du panel, Karim Younès, a été destinataire d’un écrit dans ce sens, afin de rectifier la situation induite par cette rencontre et de prendre les dispositions nécessaires.
 

Kamel Ghimouze


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER