Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il conditionne le serment par un engagement à ouvrir dans les trois mois

Le Conseil de l’Ordre irrite les jeunes architectes

La frustration et la colère, mais également la déstabilisation sont autant de sentiments mêlés qui habitent les jeunes architectes algériens depuis la publication d'un communiqué du Conseil national de l'Ordre des architectes (Cnoa).
Ce communiqué n°1, rendu public il y a peu, informe l'ensemble des architectes ayant accompli leurs stages professionnels, désireux de s'installer pour exercer leur métier à titre privé, qu'une cérémonie de prestation allait être organisée, hier à Alger, au complexe du 5-Juillet. Une prestation de serment qui a justement provoqué la colère de nombres de jeunes architectes en raison de “conditions très particulières” imposées  par le Cnoa.
Le préalable est de taille puisque l'on peut lire dans le communiqué : “Le Conseil national de l’Ordre n’invitera à prêter serment que les architectes qui feront l’engagement de s’installer dans les 90 jours qui suivront la prestation de serment. Le non-respect de cet engagement entraînera l’invalidation du serment, le postulant sera tenu de reformuler une nouvelle demande.”
Du coup, nombre de nouveaux diplômés expliquent qu’ils ne pourront participer à la prestation de serment. “Exiger de nous un engagement par écrit qu’on va ouvrir dans les 90 jours est quasi impossible. La crise est profonde dans notre secteur et les bureaux d'études n'arrivent plus à travailler, le chômage ne cesse de se généraliser parmi les architectes.” Et de poursuivre : “Les exigences financières que cela va entraîner, à savoir le loyer, la cotisation au Cnoa…, sont énormes quand on démarre et sans garantie que cela marchera.”
Un jeune architecte rencontré au sortir du siège local de l'Ordre d'Oran ajoute, avec dépit, ne pas comprendre cette décision “de menacer d'annuler notre prestation de serment si nous n'ouvrons pas un bureau ! De par le monde, il n'y a aucune clause de ce genre ou sinon, ça voudrait dire encore que nous allons rester stagiaires à vie ?”. Et de dénoncer un “abus de pouvoir” et de s’interroger sur la réaction du ministère de l'Habitat. En 2016, une proposition du Cnoa pour augmenter les frais de dossier de 6 000 DA à 90 000 DA avait provoqué un mouvement de grève dans les écoles d'architecture dans plusieurs wilayas du pays.
Toutes nos tentatives pour joindre les représentants du Cnoa sont restées vaines sur le site officiel de l'Ordre, les numéros de téléphone n'étant plus attribués. Mais pour le Cnoa, ces dispositions sont justifiées puisqu'elles ont été décidées lors de l'adoption en session ordinaire du règlement intérieur de l'Ordre des architectes au congrès des 17 et 18 décembre 2016, comme précisé dans le communiqué en question.

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER