Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Oum Tboul (El-Tarf)

Le douanier qui a empêché la fuite d’Ali Haddad relevé de ses fonctions

Le président du FCE, Ali Haddad. © Yahia/Liberté

L’inspecteur vérificateur des douanes, Ramdane Bourenane, qui a contribué à l’interpellation du puissant homme d’affaires Ali Haddad au poste frontalier d’Oum Tboul, le 31 mars dernier, a été relevé de ses fonctions, apprend-on de sources proches de cette institution. Ces sources indiquent que cette mesure conservatoire a été prise à l’encontre de ce fonctionnaire pour son implication dans une affaire d’importation de véhicules prétendument entachée de faux et d’usage de faux, qui remonterait au début du mois de mars. Plus étonnant, cette mise à l’écart a été notifiée à l’interessé brutalement et devant témoins vendredi matin, par l’inspecteur principal des passages, son responsable direct, au moment où il rejoignait son poste de travail. 

Une façon singulière de féliciter celui qui, faisant preuve d’un flair exceptionnel, a pu contrarier la fuite éperdue de l’ex-président du Forum des chefs d’entreprise vers la Tunisie dans l’espoir de se soustraire in extremis à une interdiction de sortie du territoire national le visant. “Notre collègue jouit d’une très bonne réputation au sein du corps et ce qui lui arrive aujourd’hui n’est pas pour nous encourager à faire notre travail dans les règles. Il a été sanctionné sur injonction du directeur général des douanes en personne pour un motif pas évident du tout pour nous, puisque notre administration avait toute latitude de réagir des semaines plus tôt. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps, alors ?”, s’interroge l’un des douaniers que nous avons pu contacter. Renchérissant, un des proches du malheureux inspecteur vérificateur, lui aussi fonctionnaire des douanes, signale qu’on ne peut parler de coïncidence dans ce cas. Pour lui, la décision de déterrer cette affaire de délivrance de titres de passage en douane (TPD) et de licence de moudjahid qui est reproché à Ramdane Bourenane, ne tient pas la route. 
Nous savons tous que ce dossier a été apuré et que le véhicule en question a été dédouané normalement par son propriétaire, depuis une quinzaine de jours. “Bourenane est un douanier expérimenté et il a fait son travail convenablement, il a fait ce qu’il fallait en délivrant le TPD au nom du détenteur légal de la licence de moudjahid. Une pratique qui est courante et tout à fait réglementaire dans le domaine des importations de véhicules. Quant à vouloir lui faire endosser le suivi du dossier, c’était vraiment lui chercher des problèmes. La procédure de dédouanement est du ressort de la direction régionale des douanes d’Annaba et non pas du poste frontalier. Il s’agit là d’une cabale menée contre ce père de famille et nous sommes prêts à manifester à Annaba et à Alger s’il le faut pour qu’il soit rétabli dans ses droits”, poursuit notre interlocuteur. Regrettant que l’inspecteur de visite ait été ainsi malmené cinq jours seulement après s’être engagé à fouiller et à faire arrêter un proche du clan présidentiel, l’humilier aujourd’hui de la sorte ne peut être le fruit du hasard. “Notre collègue a été le premier à réagir en cette nuit du 31 mars. Il a réussi à démasquer Ali Haddad alors qu’il essayait de traverser incognito la frontière relève, pour nous, de la conscience professionnelle et du courage en cette période d’incertitude. L’intervention personnelle du directeur général est plus que suspecte à nos yeux, la hiérarchie ne peut décemment s’en prendre à un subalterne qui a fait preuve de vigilance, en faisant procéder à la fouille du véhicule à bord duquel l’oligarque voyageait et de procéder à la saisie des sommes d’argent, des faux passeports et permis de conduire qui y étaient dissimulés. À moins qu’au plus haut sommet de la hiérarchie, l’on souhaitait, au contraire, que la fuite de l’ex-patron des patrons se passe sans encombre et que l’inspecteur vérificateur par trop téméraire en ait été le grain de sable”, argue cet autre douanier. Il a été impossible de recueillir la version du concerné, celui-ci étant injoignable malgré nos nombreuses tentatives, hier.


A. Allia


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER