Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le ministre de l'Agriculture l’a déclaré jeudi à l’APN

“Le foncier agricole assaini en 2018”

Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a indiqué, jeudi, que le dossier du foncier agricole, notamment celui géré dans le cadre des exploitations agricoles individuelles (EAI) et collectives (EAC), sera “définitivement” assaini au cours de l’année 2018. Répondant aux questions des membres de l'APN lors d'une séance plénière consacrée aux questions orales, M. Bouazghi a précisé que le dossier avait été abordé et examiné en profondeur lors des Assises nationales sur l'agriculture, organisées récemment à Alger. Le dossier de la régularisation administrative des exploitations agricoles et ceux en suspens dans les différentes wilayas seront, selon lui, régularisés par les services de son département de manière définitive avant la fin 2018. Le ministre a fait savoir que des actes de concession devaient être attribués à 219 406 exploitations agricoles pour la conversion du droit de jouissance perpétuelle en droit de concession. Il a, à ce propos, affirmé que sur les 188 000 actes de concession établis à ce jour, 180 000 ont été remis aux bénéficiaires, soit un taux de 90%. La superficie agricole globale du pays est évaluée, faut-il le rappeler, à 48,1 millions d'hectares répartis entre des terres d'alfa (32,7 millions d'hectares), des forêts (4,1 millions d'hectares) et des terres pastorales (2,8 millions d'hectares). Avec la promulgation de la loi d'orientation agricole de 2008, a-t-il souligné, la question du foncier agricole se dirige graduellement vers le règlement définitif après que le secteur a pris une série de procédures.
Celles-ci sont liées à la reconversion du droit de jouissance vers l'acte de concession aux profits des exploiteurs des investissements agricoles collectifs et individuels englobant, jusqu'à l'heure actuelle, 219 406 bénéficiaires d'une superficie de 2,4 millions d'hectares relevant des domaines de l'État. Le ministre a évoqué, en outre, la réactivation de l'opération d'acquisition de la propriété agricole permettant à 131 288 personnes de bénéficier de 846 441 hectares. “Cependant, la situation de 30 961 personnes seulement a été réglementée pour une superficie de 197 267 hectares”, a-t-il nuancé. Pour son développement, le secteur agricole a bénéficié, depuis l’année 2000, d’un financement total de plus de 3 000 milliards de dinars.
À noter que la superficie irriguée a augmenté de 271%, passant de 350 000 ha en 2000 à 1 300 000 ha en 2017. Le ministre a précisé que 8 049 km de réseau d'électrification rurale avaient été réalisés à travers le territoire nationale. Pour Abdelkader Bouazghi, la stratégie du secteur “repose sur 4 axes, à savoir le soutien de la sécurité alimentaire, la réduction du déséquilibre de la balance commerciale en matière de produits agricoles essentiels, la contribution à la diversification de l'économie nationale et le renforcement et la promotion des activités destinées à la population rurale, outre la valorisation et la préservation des ressources naturelles et le développement de la pêche et l'aquaculture”.

B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER