Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

L’UE, la Russie, le canada et la chine font cause commune

Le front anti-Trump s’élargit

La politique commerciale américaine de Donald Trump a provoqué un vent de colère chez les pays traditionnellement rivaux des États-Unis, comme la Chine et la Russie, mais aussi chez les partenaires européens et le voisin canadien. Après le front anti-Trump à la dernière réunion du G7 qui a eu lieu au Canada début juin, la mobilisation se poursuit au niveau européen et asiatique. Les principaux pays de l’Union européenne, également membres de l’Alliance atlantique (Otan), ont décidé de répondre aux taxes américaines contre certains de leur produits, en imposant eux aussi les produits américains. C’est l’Allemagne qui mène le bal, puisque ce sont les constructeurs automobiles, notamment, qui subissent les dégâts de la nouvelle politique américaine qui veut augmenter les droits douaniers sur les voitures étrangères de 20% au moins. Avant une visite, prévue avant la fin du mois de juillet, du commissaire européen Jean-Claude Junker à Washington, dans l’espoir d’apaiser les tensions avec le président américain entre Bruxelles et Washington, rien ne va plus. Car, les États membres de l’UE ont décidé de faire cause commune contre les États-Unis, y compris dans le dossier du nucléaire iranien, dont l’accord avec Téhéran a été aussi déchiré par Donald Trump, dans le sillage de cette guerre commerciale. Vendredi, à l’issue de la réunion de Vienne entre l’Iran et les grandes puissances (Russie, Chine, Allemagne, France et Grande-Bretagne), ces derniers ont affiché leur unité face au chantage américain dans le dossier iranien, affirmant leur intention ferme de défendre jusqu’au bout leurs intérêts économiques et diplomatiques. De son côté, la Chine n’a pas hésité à saisir l’Organisation mondiale du commerce (OMC), en déposant plusieurs plaintes contre les mesures protectionnistes américaines qui remettent en cause le principe d’un commerce international libre et équitable. Dans l’espace économique nord-américain, les deux pays signataires de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena), le Canada et le Mexique, ont décidé, eux aussi, d’activer sans les États-Unis. Le Canada a, d’ailleurs, mis en place depuis le 1er juillet des mesures réciproques en imposant certains produits américains. Mais c’est sur le plan interne que la colère risque d’emporter Donald Trump, y compris parmi les États qui l’ont appuyé dans sa course à la présidentielle pour la Maison-Blanche. Le lobby des industriels n’a, d’ailleurs, pas manqué d’afficher à la fois son inquiétude et sa désapprobation face aux taxes imposées par M. Trump sur l’acier et l’aluminium importés, deux matériaux qui entrent dans l’industrie automobile, aérienne et spatiale, dont les États-Unis sont un des leaders mondiaux. La Chambre de commerce américaine n’a pas manqué d’avertir contre un effondrement économique aux États-Unis, dans une analyse qu’elle a publiée lundi dernier, intitulée “La mauvaise approche”, faisant part de l’inquiétude des entreprises américaines installées dans six États (Alabama, Michigan, Pennsylvanie, Caroline du Sud, Texas et Wisconsin).


Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER