Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il utilise les moyens les plus inappropriés

Le gouvernement tente de “séduire” la population

Noureddine Bedoui, Premier ministre.© Louiza Ammi / Liberté

À la moindre échéance électorale ou face à un quelconque problème politique au sommet, les autorités se déplacent dans diverses régions pour essayer d’amadouer les citoyens en leur accordant des rallonges budgétaires, annonçant des projets d’équipements publics, des programmes de logements… 

Dans un ultime acte désespéré, le gouvernement tente de s’attirer la sympathie de la population à travers quelques mesurettes destinées à améliorer ses conditions de vie. C’est peine perdue ! En dépit de tous les types de privations qu’il a subis de longues décennies durant, le peuple déjoue cette entourloupette vilement concoctée par le pouvoir en place. Il estime qu’il est prioritaire et noble, aujourd’hui, de recouvrer sa dignité, sa liberté et tous ses droits. 
Après une hibernation de plusieurs jours, instruction a été donnée à la nouvelle équipe gouvernementale de sortir sur le terrain. Le Premier ministre pensait envoyer ses ministres en terres conquises pour lâcher quelques avantages — du moins ce qu’il en reste — aux habitants des wilayas défavorisées. La tradition veut qu’à la moindre échéance électorale ou face à un quelconque problème politique au sommet, les autorités se déplacent dans diverses régions pour essayer d’amadouer les citoyens en leur accordant des rallonges budgétaires, annonçant des projets d’équipements publics, des programmes de logements… De nos jours, ce stratagème ne fonctionne plus. Car les mentalités des citoyens ont changé. D’autres aspirations animent la nouvelle génération. Et cette nouvelle donne sur la scène politique échappe visiblement aux tenants du pouvoir en place. En effet, les rares ministres qui ont osé l’aventure ont essuyé un échec cuisant. Quatre membres du gouvernement partis en visite d’inspection dans quatre wilayas ont été tout simplement chassés par la population. Les habitants de ces villes les ont empêchés d’effectuer leur visite. Voilà une première tentative de donner plus de vigueur et de tonus à ce léthargique exécutif qui n’a pas apporté les résultats escomptés. Il n’a pas réussi à séduire les citoyens. Devant ce revers prévisible, la bande à Bedoui se rabat sur des mesurettes socio-commerciales dans le but de calmer un mouvement populaire en ébullition. Le gouvernement a saisi l’occasion du mois de ramadan, prévu dans moins d’un mois,  pour prendre quelques décisions. Le régime a gardé le même procès d’intention d’il y a vingt ans à l’égard du peuple : “L’Algérien ne s’intéresse qu’à son tube digestif.” Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Qu’à cela ne tienne, dans l’objectif de stabiliser les prix, notamment durant la première semaine du mois sacré, des mesures ont été prises par le ministère du Commerce afin de réduire un tant soit peu les méfaits de la spéculation sur le marché. Ce sont autant de dispositions qui ont pour objectif de renforcer l’approvisionnement du marché, surtout en viande bovine fraîche ou congelée, en fruits secs et en banane. L’importation de ces produits ne sera pas soumise à des quotas ni au droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS). Mieux, le ministère de tutelle a même accordé le plafonnement des prix de certains produits ! Ce qui n’est pas permis dans une économie de marché où les prix sont libres. 
Il s’agit, selon les initiateurs, de l'utilisation des prix de référence, à titre indicatif, déterminés en concertation avec les associations professionnelles et de consommateurs, ainsi que le ministère de l’Agriculture, portant sur les produits agricoles locaux, tels que la pomme de terre, la tomate, l'oignon, l'ail, la carotte, la courgette, la laitue, ainsi que la banane et les viandes rouges. La tutelle a même autorisé, apparemment, les propriétaires de petits camions et camionnettes à vendre du lait pour, argue-t-on, éviter toute pénurie de ce produit. S’étant confiné dans une position inconfortable, c’est avec ces méthodes inappropriées, voire malsaines, que le gouvernement de Bedoui cherche à retrouver ainsi une légitimité au sein du peuple. Mais sans succès…   

B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER