Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Malgré l’intérêt des pouvoirs publics pour son développement

Le Grand-Sud à la traîne

Encore une fois, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a mis l’accent sur la nécessité d’accorder “une extrême importance” à l’accélération de la cadence du développement dans les régions du Sud et des Hauts-Plateaux. Noureddine Bedoui, qui a présidé, jeudi, une réunion de coordination avec les cadres de son département en prévision de la prochaine rentrée scolaire, a affirmé que “les orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, placent le Grand-Sud et les Hauts-Plateaux au cœur de  toutes les stratégies de l'État”.
L’intérêt des pouvoirs publics pour les régions du Sud et des Hauts-Plateaux ne date pas d’aujourd’hui. Pour rappel, ces wilayas ont déjà bénéficié d'un programme spécial lancé en 2006 dans le cadre des programmes quinquennaux précédents afin de consacrer le principe de l'équilibre régional. Deux Fonds ont ainsi été créés pour l'appui au développement dans ces régions. En 2015, l'engagement de l'État, pour “une mise à niveau” de ces deux régions du pays en matière de développement socioéconomique, a été réaffirmé et acté dans le cadre du plan 2015-2019, visant en priorité l'amélioration des conditions de vie des populations locales. Il s'agissait notamment de la réalisation d'importants programmes communaux de développement, de l'extension des réseaux routiers, autoroutiers et ferroviaires, de l'amélioration des conditions de scolarité, du renforcement de la couverture sanitaire ainsi que de l'intensification de la réponse à la demande de logement par l'appui à l'auto-construction.
Ces wilayas devaient également bénéficier d'un appui au développement et à la diversification de leur potentiel économique ainsi qu'à l'augmentation de l'offre d'emploi localement. Jeudi, le ministre de l’Intérieur s’est réjoui que “l’Algérie est fière aujourd’hui des réalisations importantes accomplies, qu’il s’agisse d’infrastructures, de logements, de structures de santé ou d’éducation, avec plus de 27 500 établissements éducatifs et 106 établissements universitaires, en sus d’infrastructures sportives et de jeunesse”. Selon Noureddine Bedoui, “la relance des deux Fonds de développement du Sud et des Hauts-Plateaux et la mobilisation des ressources financières au profit des populations de ces régions, ainsi que le développement des zones frontalières qui ont bénéficié d’importants programmes de développement, témoignent de la profonde conviction du président de la République de réaliser un développement équitable respectant les spécificités de chaque région du pays”. Il a ajouté que ces régions avaient bénéficié de la “décision du président de la République portant dégel de toute opération impactant directement la vie de la population, et ce, en dépit des difficultés financières que traverse le pays”.
Reste que, si des investissements publics ont été réalisés sur le plan des infrastructures et des équipements dans les wilayas, notamment du Sud, cela demeure visiblement insuffisant. Le Fonds mobilisé spécialement pour le Sud n'a pas été efficacement exploité. Le rythme de décaissement a connu un immense retard, malgré sa relance en 2017. Le sentiment d'injustice ressenti par les populations locales est là pour en témoigner. Les réalisations n’ont pas réduit leurs difficultés et leurs souffrances.


Saïd Smati


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER