Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Actualité

Le jeune athlète Islam Khoualed regagnera aujourd’hui l’Algérie

Le jeune athlète algérien, Islam Khoualed, qui a retrouvé sa liberté vendredi dernier après 11 mois de détention dans un centre de sauvegarde de l’enfance à Agadir (sud du Maroc), regagnera aujourd’hui le territoire national. Islam Khoualed (15 ans) a obtenu, lundi, une autorisation de sortie, délivrée par le bureau des étrangers de la préfecture de police de la ville d’Agadir, à l’attention des autorités portuaires lui permettant de quitter le Maroc. L’athlète arrivera dans la capitale algérienne à 13h30 sur le vol Agadir-Casablanca-Alger de la compagnie marocaine. Le consulat général de l’Algérie à Casablanca a, par ailleurs, procédé à la prorogation de son passeport qui a expiré durant sa détention. Détenu depuis le 11 février 2013, le jeune rameur avait été remis vendredi à son père (Azeddine) en présence de l’avocat de la famille, Me Sellam Khaled. Islam Khoualed avait été condamné, le 19 mars 2013, par le tribunal de première instance d’Agadir à un an de prison ferme et 40 000 dirhams de dommages et intérêts pour “atteinte à la pudeur contre un mineur”. L’athlète, qui participait à un entraînement avec l’équipe nationale de voile, avait vu sa condamnation confirmée, le 6 mai 2013, par la chambre criminelle de la cour d’appel de cette même ville. Le jugement avait été rendu devant sa famille et en présence de ses deux avocats, l’Algérien Me Sellam Khaled et le Marocain Me Chahbi Mohamed. Les autorités algériennes avaient fait part de leur “profond regret” suite à la décision de la chambre criminelle de la cour d’appel d’Agadir, “confirmant une peine aussi lourde (...)”.
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères avait souligné que “les éléments du dossier et l’absence de constitution et de caractérisation des faits allégués laissaient supposer une relaxe”.