Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Le plaidoyer de Miloud Brahimi

L’ancien bâtonnier national et avocat à la Cour suprême, Miloud Brahimi, a plaidé, hier, à Alger, en faveur de l’officialisation de la langue amazighe dans la nouvelle Constitution, qui marquera ainsi la réconciliation du peuple avec son histoire et ses origines. S’exprimant à l’issue de sa rencontre avec le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, dans le cadre des consultations sur le projet de la révision de la Constitution,
M. Brahimi a axé ses propositions sur l’officialisation de la langue amazighe dans la nouvelle Constitution, à l’instar de la langue arabe, soulignant que la première réconciliation consisterait à “réconcilier le peuple avec son histoire et ses origines”. “Concernant les constantes nationales, nous parlons beaucoup de la réconciliation nationale. Mais je pense que la première réconciliation nationale consisterait à réconcilier le peuple avec son histoire et ses origines”, a-t-il déclaré. Me Brahimi a également plaidé en faveur de l’abolition de la peine de mort, objet d’un moratoire depuis 1993, a-t-il rappelé, relevant que l'Algérie sera ainsi le premier pays arabe à avoir eu cette initiative. S’agissant de la réforme du secteur de la justice, M. Brahimi a appelé à réconcilier le juge et le justiciable pour que le citoyen “ait confiance en la justice de son pays”, relevant que la détention préventive, devenue, selon lui, “une sentence préventive”, est une “tragédie historique et nationale”. “Il y a des gens qui sont en détention préventive depuis plus de 4 ans, notamment dans le cadre de l’affaire Sonatrach, quel est leur sort ?” a-t-il dit.

R. N./APS