Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Cession d’actifs des filiales de Sonatrach et remise en cause des subventions

Le PT exprime son inquiétude

Les récentes déclarations du vice-président de Sonatrach portant sur une probable cession des actifs du groupe pétrolier publics sur “simple autorisation du ministre de l’Énergie” inquiètent, à plus d’un titre, le Parti des travailleurs (PT), qui a réagi, hier, via le secrétariat de son bureau politique. Ainsi, le parti de Louisa Hanoune considère que les propos tenus par un vice-président de Sonatrach sont “gravissimes”. Le PT explique que ces déclarations intervenaient “quelques jours seulement après l’intervention du président de la République ordonnant un coup d’arrêt au retour à la politique de privatisation-pillage-prédation sous prétexte de partenariat”. Tout en prenant acte du démenti de la direction générale de Sonatrach qui a désavoué les propos tenus par son vice-président, le PT exprime “ses plus grandes inquiétudes, surtout que ces déclarations sont intervenues après des propos tenus par les responsables du secteur évoquant la nécessité d’amender la loi sur les hydrocarbures pour lui donner plus d’attractivité”. Ces déclarations, ajoute encore le parti, “ont fait fi, à la fois, de la Constitution, de la loi sur les hydrocarbures et des directives du président de la République qui a conditionné (…) toute opération de partenariat par son accord préalable”. Le PT s’est demandé “comment ce responsable a-t-il donc osé faire de telles déclarations ?” Par conséquent, le BP du PT en appelle au président de la République “pour stopper cette dérive qui vise un secteur vital pour la nation”. Qui veut revenir au projet de Chakib Khelil de 2001 qui prévoyait la cession jusqu’à 70% du capital de Sonatrach pour les compagnies étrangères ? s’est encore interrogé le parti, avant d’alerter sur “les dangers mortels que constitue toute remise en cause de la propriété collective des hydrocarbures, telle que définie par la Constitution”, assimilant cette tentative à une velléité “de déstabiliser ce secteur névralgique et avec lui le pays tout entier”.  Sur un autre registre, le BP du PT exprime ses plus grandes inquiétudes quant “aux menaces qui visent à remettre en cause les subventions de l’État pour plusieurs produits de première nécessité ainsi que d’autres produits de consommation (eau, carburants, santé, logement…) sous prétexte de ciblage”. Concernant l’initiative politique du parti, le communiqué a informé que les grandes lignes du projet seront connues la semaine prochaine à l’occasion d’une réunion du BP, et que la base du parti est appelée à enrichir par le débat que lance le parti.

Mohamed Mouloudj


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER