Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Langues maternelles à l’école

Le Satef soutient Benghebrit et accuse les conservateurs

© Liberté

Après la porte-parole du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, c’est au tour du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef) d’apporter son soutien à la ministre de l’Éducation, cible des islamo-conservateurs après la proposition d’introduire les langues maternelles dans les cycles préparatoires. “En ce qui nous concerne, nous continuerons à soutenir toute initiative qui ira dans la refonte du système éducatif et qui tirera l’école algérienne vers le haut”, a indiqué le Satef dans un communiqué rendu public jeudi dernier.
Dans son document, le syndicat s’en prend aux détracteurs de la ministre de l’Éducation en affirmant que cette polémique est un faux débat. “Nous disons que le problème est ailleurs et ces gens-là sont connus pour leur esprit rétrograde et arrière-gardiste et leur immobilisme criant. À chaque fois que l’Algérie essaie de faire un pas en avant, ils s’arc-boutent pour l’empêcher de s’épanouir et de s’élever au rang des nations modernes et civilisées”, a ajouté le syndicat.
D’après le Satef, les personnes qui s’opposent aux réformes sont celles qui considèrent qu’elles ont le plus à perdre. “Des gens qui ont acquis des avantages et des postes sans aucune compétence ni diplômes se retrouvent aujourd’hui menacés”, a-t-il souligné. Pour le syndicat, les opposants à la réforme sont des bras cassés qui continueront à faire barrage à tout progrès. Pour le Satef, l’actuel système éducatif arrange les conservateurs, car “ils sont pour l’abrutissement du peuple algérien comme cela a été programmé par leurs chefs du système”, a expliqué le syndicat.  
Par ailleurs, le syndicat ne cache pas son étonnement face à cette féroce campagne, lancée par les opposants à la réforme et l’introduction des langues maternelles dans nos écoles. Il a rappelé que dans les années 70, ils importaient des “caissons de drogue”, une expression empruntée au poète Aït Menguellet qui fait allusion, dans un de ses textes, au recrutement massif des enseignants orientaux et notamment égyptiens, en Algérie. “Durant les années 1970, l’Algérie a fait appel à des enseignants égyptiens qui dispensaient des cours en arabe égyptien et personne n’a rien dit. Comment acceptent-ils le dialecte égyptien et refusent-ils leur propre langue maternelle”, s’est-il étonné.
D’ailleurs, le syndicat rappelle et se dit contre une importation aveugle et suiviste de systèmes d’enseignement car chaque pays à ses spécificités et son climat bien déterminé. “Nous avons un pays très vaste et au lieu que cela soit une richesse, cela est devenu pour nous un problème”, déplore-t-il.
“Notre école est sinistrée et nous l’avons dit bien avant Mme Greffou qui, elle aussi, a subi dans le début des années 1990 les affres et les insultes que subit encore aujourd’hui Mme Benghebrit de la part de ces mêmes bras cassés inertes et que ne font que dans la critique”, a-t-il observé.

D.S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
6 réactions
RAMDAN le 08/08/2015 à 13h42

A tous les conservateurs rétrogrades, si tant est qu'ils n'ont pas mis du coton dans leurs oreilles: Il ne faut pas confondre innovation et bida3a. Cette confusion volontaire vous arrange, car elle vous aide à conserver tout un peuple ignorant sous votre férule pseudo-religieuse. Mais l'Algérien est de plus en plus difficile à berner, grâce aux moyens d'information modernes que vous aurez beaucoup de mal à placer sous votre contrôle.

amirou le 09/08/2015 à 1h07

que veut dire langue maternelle. Est ce que la darijaa? de quelle darijaa s agit t il et dans quel but? Si c est utiliser le dialecte populaire, pour faire apprendre l arabe ou autre chose, pourquoi pas. Mais c est surement deja le cas, car tellement logique, et il n y a pas besoin de telle loi.maintenant, si la darijaa c est pour remplacer l arabe, c est une erreur, la ministre doit chercher l excellence. on n apprend pas l argot ou le slang mais francais ou anglais dans les pays developpes.

amirou le 09/08/2015 à 2h42

Je peux temoigner. Nous avons recu un excellent apprentissage en arabe, francais, anglais et sciencs dans l ecole et le lycee ,dans les annees 60 70. On avait aussi bien de bons enseignants algeriens, francais, egyptiens,syriens. Le niveau etait telement top qu a cette epoque on passait les 2 bacs, algerien et francais pour pouvoir sinscrire a l universite algerienne. beaucoup ont eu ensuite d excellents resultats universitaires en algerie et a letranger.

amirou le 09/08/2015 à 2h56

L arabe litteraire est une richesse, une langue internationale riche parlee par 300 millions ou plus. On peut penser a un arabe simplifie mais juste pour les sciences. pour ameliorer l ecole beaucoup disent qu il faut veiller a la constrcrtion de nouvelles infrastructures,entretenir celle existantes, plomberie,chauffage,peinture.veiller a la formation et promotion des enseignants tout age et discipline,alleger les programmes, utiliser des matieres optionnelles au choix pour alleger le bac.

RAMDAN le 09/08/2015 à 11h43

Le grand défit qui attend les jeunes algériens patriotes sera d'élever la langue parlée au niveau d'une langue adaptée au monde moderne. Pour atteindre cet objectif, des linguistes algériens patriotes devront étudier les mesures à prendre au niveau de l'alphabet, de la grammaire et de la syntaxe. Dans ce processus, l'enfant servira d'interface entre son maître et son père et sa mère, et ainsi une LANGUE ALGERIENNE naîtra et se développera selon les besoins, à l'instar des pays développés.

amirou le 09/08/2015 à 22h18

elever la darijaa a une langue ecrite et parlee? mais la darijaa est un melange d'arabe,francais, et selon les. regions kabyle,targui,chaoui. Si on extrait la partie arabe,on retombe sur l arabe litteraire.C est reinventer la roue? L ecole a besoin d actions urgentes pour avoir un bon enseignement. le ministere devrait s occuper de l entretien des locaux,du ,la promotion et la formation des enseignants,l allegement des programmes,la transport des eleves et lyceens surtout en zones isolees.

Commentaires
6 réactions