Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Sidi Bel-Abbès

Le secteur des industries électroniques en débat

La promotion du secteur de l’industrie électronique a constitué le thème central du premier symposium national, ouvert lundi dernier à l’auditorium de l’université Djillali-Liabès, en présence du secrétaire général de la wilaya, représentant du ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, Mohamedi Mohamed, directeur général du développement industriel, M. Fettouhi, directeur de la SGP-Indelec et de plusieurs opérateurs économiques. Étalée sur deux jours, cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la concertation avec le monde des professionnels, des chercheurs et des experts et se veut être un espace privilégié qui a suscité de la part des industriels un débat sur les questions en relation avec l’industrie de l’électronique. D’emblée, les travaux du symposium ont débuté par la présentation de cinq communications qui se sont articulées autour de la problématique entourant la promotion et le développement de la filière de l’industrie électronique à forte valeur ajoutée ainsi que les enjeux et les défis qui la caractérisent dans une perspective de relance, d’investissement et de partenariat. Les travaux se sont ensuite poursuivis dans six ateliers portant sur six thèmes essentiels, à savoir la stratégie de l’industrie électronique, les vies et moyens de la promotion du secteur de l’électronique en Algérie, la sous-traitance, la promotion du partenariat national et étranger, notamment le transfert de l’expérience et la technologie, le rôle de la formation dans l’industrie électronique, le rôle de l’université dans la promotion de l’innovation et la recherche appliquée. Dans son allocution d’ouverture, le directeur général du développement industriel a appelé les deux premières phases d’évolution de l’industrie en Algérie caractérisées par l’indépendance industrielle et sa redéfinition du modèle général de production et d’échange. “Aujourd’hui, on peut dire qu’une nouvelle phase s’est amorcée et correspond à une ouverture franche de notre économie sur l’extérieur et son insertion plus marquée dans l’économie mondiale. C’est dire l’importance qu’accordent les pouvoirs publics à l’aspect de l’investissement productif dans les filières sensibles, dont l’électronique et les TIC.” À ce propos et pour développer les capacités de conception et d’innovation afin d’affronter la concurrence mondiale, le représentant du ministre de tutelle dira que “l’apport de l’université est requis pour relever notamment au niveau de la mise à la disposition des compétences et des expertises”.
Pour sa part, A. Fettouhi, directeur de la SGP-Indelec, a signalé que le plan de développement intégral de l’Enie intervenue en juin 2011 s’articule autour de sept points, entre autres le maintien de l’activité de fabrication et de commercialisation des produits grand public, les développements d’application énergétique en photovoltaïque, les solutions d’affichage LED et de signalisation, de télésurveillance et de sécurité.


A. B