Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il lancera une initiative de sortie de crise

Le Snapap annonce une grève générale les 29 et 30 avril


Le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap, aile Belkacem Felfoul) a annoncé, hier, sa décision d’observer une grève nationale dans tous les secteurs de la Fonction publique, les 29 et 30 avril, et le lancement, dans un proche délai, d’une initiative politique en direction de la classe politique, des syndicats autonomes et des personnalités, en vue de dégager des propositions de sortie de crise.

Lors d’une conférence de presse organisée, hier, en son siège sis à Bab Ezzouar (Alger), Benelmili Layachi, secrétaire national à l’organique, a indiqué que le mot d’ordre de grève se veut “un moyen de pression sur les décideurs pour les exhorter à apporter des réponses réelles et urgentes aux revendications exprimées, lors des 9 marches populaires, et portant, notamment, sur la mise en place d’une République conforme à la charte du 1er Novembre et où règneront liberté et égalité”, a-t-il précisé. 
Il a rappelé que son syndicat a accompagné la mobilisation du peuple dès son amorce, le 22 février. D’abord, à travers un communiqué rendu public le 1er mars, puis en organisant des protestations à travers les wilayas le 20 mars et, enfin, par le biais d’un autre communiqué adressé aux autorités les exhortant à répondre favorablement aux revendications des Algériens. Et ce, avant de faire état du lancement d’une initiative politique en direction des partis politiques, syndicats autonomes et personnalités politiques, en vue de dégager une plateforme de sortie de crise. 
Cette initiative, qui sera annoncée dans les prochains jours, planchera essentiellement sur la mise en place d’outils et de mécanismes, afin d’assurer une transition politique consensuelle, au cas où l’élection présidentielle n’aurait pas lieu le 4 juillet prochain, a révélé Benelmili Layachi. 


A. R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER