Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Procès du P/APC de Taourirt-Ighil (BÉjaÏa)

Le verdict renvoyé au 9 octobre

Le verdict dans le procès intenté par la wilaya de Béjaïa à l'encontre du président de l'APC de Taourirt-Ighil est renvoyé par le juge en charge de l’affaire près le tribunal correctionnel de Kherrata au 9 octobre prochain, apprend-on de l’un des élus, cité comme témoin à charge contre le maire. Bien que le wali ait retiré la plainte déposée par son prédécesseur, Ould Salah Zitouni, contre le P/APC de ladite commune, le procès a été ouvert, avant-hier, au tribunal correctionnel de Kherrata après son premier report par le juge le 18 septembre dernier.
Selon notre interlocuteur, seuls les quatre élus cités dans l’affaire comme témoins à charge contre le maire et l’avocat de la partie civile ont répondu présent au procès. L’avocat de la partie civile est également, signale la même source, présent, et le maire ainsi que d’autres témoins cités à charge contre le P/APC étaient absents au procès. “L’avocat de la wilaya a voulu introduire un désistement, mais le juge a refusé tant que le verdict n’a pas été rendu”, nous rapporte le même élu.
À rappeler que l’actuel wali a, dans une correspondance envoyée au procureur général de Béjaïa le 29 août 2017, retiré la plainte de la wilaya contre le P/APC de Taourirt-Ighil. “Le wali ne peut retirer la plainte de la wilaya une fois celle-ci parvenue au procureur général. Ce dernier est partie civile. L’affaire est pénale. Le wali ne peut que se désister des dédommagements après le verdict”, nous explique substantiellement, à ce sujet, l’avocat Djenadi Mohand-Saïd, ancien bâtonnier de Béjaïa.
À rappeler que le chef d’inculpation retenu contre le maire en question est “l’utilisation des deniers publics et des biens de l’État à des fins d’autrui”. L’affaire remonte à l’année 2015 lorsque le maire a perdu sa majorité absolue à l’assemblée communale et que sept élus ont sollicité l’ancien wali afin de diligenter une commission d’enquête sur la gestion de l’APC. Une demande à laquelle l’ancien wali avait répondu favorablement. Après que la commission d’enquête de la wilaya eut remis son rapport à l’ancien wali, ce dernier l’a transmis au procureur général de Béjaïa. Ce dernier a chargé le tribunal correctionnel de Kherrata de l'instruction par le juge du dossier.

L. O.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER