Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Plus de 700 000 électeurs se sont inscrits pour les législatives

Le vote commence aujourd’hui en France

©D. R.

Le choix des députés de l’émigration commencera aujourd’hui en France. 763 313 ressortissants algériens inscrits sur les listes électorales sont attendus dans les bureaux de vote, 186 en tout dans les deux circonscriptions (nord et sud) de l’Hexagone. L’opération électorale, qui s’étale sur trois jours, se poursuivra demain et le 4 mai prochain.
Ces dates ont été fixées en fonction du calendrier électoral français (le second tour de la présidentielle aura lieu le 7 mai). Le déroulement du scrutin en priorité durant le week-end doit, en outre, théoriquement permettre au plus grand nombre de votants de se déplacer dans les consulats et les salles réservées pour les besoin du scrutin.
À vrai dire, tout a été entrepris au niveau de l’ambassade d’Algérie en France afin d’attirer le plus d’électeurs.
Habituellement, nos émigrés ne sont pas de grands votants. Au cours des législatives de 2012, le taux de participation n’a pas dépassé 18%. Cette fois, le risque d’abstention est plus important. Des associations de la diaspora ont appelé les Algériens de France à ne pas se rendre aux urnes pour cautionner des élections jugées sans crédibilité, à la fois à cause du pouvoir de façade de l’Assemblée et de la qualité douteuse de certains candidats, qui n’ont aucun ancrage au sein de la communauté des expatriés.
Deux députés devront représenter les émigrés de France à l’APN. Tous les grands partis ont leurs postulants.
Quelques-uns n’ont pas hésité, durant leur campagne, à sortir du cadre légal, en collant leurs affiches électorales sur la voie publique. D’autres se sont affrontés sur les marchés fréquentés par la communauté algérienne.
Selon des témoignages, les allures de la campagne en France n’ont rien à envier à la manière très folklorique avec laquelle de nombreux prétendants à la députation ont dragué les votants en Algérie.
“Nous avons affaire, en France aussi, à des commerciaux VRP multicartes qui font du populisme, vendent des billets d’avion pas chers, des logements, des terrains et promettent le rapatriement gratuit des dépouilles mortuaires”, dénonce-t-on. Se croyant en Algérie, certains ont cédé à l’envie d’organiser des carnavals, en ponctuant leur présence dans les marchés de salves de youyous. Des orchestres de zorna ont, par ailleurs, été réquisitionnés pour animer des meetings. “On a exporté la médiocrité en France”, regrette la candidate indépendante Chafia Mentalechta. Comparant ces législatives avec celles de 2012, la députée sortante évoque un climat “plus morne”. Elle souligne, en outre, “une fracture entre les électeurs de France et les partis politiques”.
Il y a quelques jours, les services consulaires de l’ambassade ont organisé une rencontre d’information à l’adresse de tous les participants à l’opération électorale, assesseurs et candidats, afin de les sensibiliser à la nécessité de réussir le rendez-vous électoral, considéré comme “une nouvelle étape dans la consolidation de l’État de droit des acquis démocratiques”.
Dans les faits, il n’est pas sûr que les législatives soient un succès en France. Beaucoup de Franco-Algériens sont plutôt captivés par l’entre deux tour de la présidentielle francaise. Certains ont, par ailleurs, décidé de profiter de ce long week-end (lundi 1er mai est férié) pour s’offrir de petites vacances.

S. L.-K.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER