Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Incendies de forêt

L’élément humain mis en cause

© D. R.

Les incendies de forêt ont touché, entre le 1er juin et le 4 août 2019, 38 wilayas sur les 40 couvertes par le dispositif de prévention et de lutte contre les feux de forêt, à l’exception des wilayas de Biskra et d’El-Bayadh, selon un bilan présenté, hier, par la Direction générale des forêts, qui précise que la superficie totale parcourue par le feu est estimée à 9 004 hectares engendrés par 1 246 foyers d’incendie dont 2 363 ha (26%) de forêt, en majorité des pinèdes, suivies de chênaies, rares de cédraies.

Les wilayas les plus touchées sont Tizi Ouzou qui arrive en tête avec 1 480 ha consumés par le feu et un total de 196 foyers, suivie d’Aïn Defla, de Tissemsilt et de Béjaïa. Avec un total de 4 769 ha, ces 4 wilayas représentent à elles seules 53% du total des incendies de forêt. Dans le chapitre du bilan, il est à déplorer le décès de trois personnes et de cinq singes magots. Pour autant, si l’été 2019 est considéré comme l’un des plus chauds de la décennie, et que les départs de feu ont été nombreux, les chiffres restent en deçà du bilan de 2018 où 54 000 ha ont été touchés.

La situation sur le terrain est maîtrisée, a précisé aussi Mahmoudi Ali, le directeur général des forêts. S’agissant des origines des feux de forêt, l’élément humain est mis en cause. Le DG des forêts explique : “Nous ne sommes pas dans un climat à grande perturbation où nous enregistrons des foudres, parce que c’est le seul élément naturel qui provoque le départ de feu. Là où nous sommes, ça ne peut être que la main de l’homme, même si c’est un fond de bouteille qui fait office de loupe, cette bouteille est venue dans un massif forestier à cause de l’homme.

Mais nous on dit souvent que c’est de l’imprudence, c’est ce qui fait que nous enregistrons des dégâts importants au niveau de nos massifs”, a-t-il soutenu, en citant en exemple “les propriétaires privés qui procèdent au défrichement de leur terre par le feu. Aussi, quand la main de l’homme est suspectée, l’administration des forêts dépose plainte contre X auprès du parquet, et les enquêtes sont confiées à la Gendarmerie nationale, mais la spécificité de cette année est qu’un ordre du commandement a été donné à toutes les unités de la gendarmerie d’aller enquêter après tous les incendies où nous suspectons la main de l’homme”.

 

AMAR R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER