Scroll To Top

A la une / Actualité

Djallil Lounnas, Professeur en Relations internationales

“L’ÉLIMINATION DE DROUKDEL, UN COUP DUR POUR AQMI”

© D. R.

Auteur de “Le Djihad en Afrique du Nord et au Sahel, d'Aqmi à Daech”, Djallil Lounnas donne sa lecture de la situation au Sahel qu’il a visitée à plusieurs reprises dans le cadre de ses recherches.

Liberté : L'élimination de l’émir Abdelmalek Droukdel  a  résonné comme un événement majeur dans l'évolution de la situation au Sahel. Comment percevez-vous cet évènement ?
Djallil Lounnas : Au niveau opérationnel, cela ne changera pas grand-chose. Cela aura plutôt un impact sur le plan purement symbolique. C’est un coup très  dur  pour  les organisations  terroristes  du  fait  que Droukdel  était  un personnage central dans le mouvement djihadiste, non pas seulement en Algérie, mais aussi dans d’autres régions du monde. 

En revanche, sa présence  dans  la  région du Sahel pose plus de questions que de réponses. Il y a des zones d’ombre sur les raisons de sa présence là-bas.  La Jnem (Jamat Nousrat El-Islam ou Al-Mouslimin, le groupe de soutien à  l’Islam  et  aux  musulmans, une coalition  que  dirige Iyad Ag Ghali, ndlr) n’était  pas sous  l’autorité de Droukdel. Donc, des  questions  se  posent  à l’image de celle  de  savoir ce qu’il est allé faire là-bas ? On le disait dans la région de Khenchela et on  le  trouve  au Mali, qu’il a  rejoint  par  le sud de l’Algérie. 

D’autant plus que tous ses lieutenants ont été tués. Le dernier, son proche collaborateur à savoir Djamel Okacha a été tué il y a presque une année. L’autre interrogation concerne la position de Droudkel. L’homme a toujours refusé les négociations en Algérie. Il s’était opposé à la politique de réconciliation nationale. Or, Iyad Ag Ghali est actuellement en négociation avec le gouvernement malien pour mettre éventuellement fin aux combats. Que faisait donc Droukdel dans cette région lui qui s’oppose à toute négociation ? 

Quelles  étaient  les  relations  de  Droukdel  avec  d’autres  chefs djihadistes, comme  Ag  Ghali ?
Les deux hommes n’avaient pas de lien direct. Ils se connaissaient de loin. Sans  plus. Abdelmalek  Droukdel  connaissait,  en  revanche, Mokhtar Belmokhtar, qui était son rival. Il était en relation avec d’autres Maghrébins qui ont pris des positions-clés dans les organisations djihadistes. En dehors de Belmokhtar, Droukdel entretenait donc de bonnes relations avec tout le monde.

Je pense qu’il n’a jamais rencontré Ag Ghali. Il n’y a donc pas forcément de relation personnelle entre les deux hommes.  En somme, tous les hommes que Droukdel avait connus ou nommés ont été tués entre 2015 et 2018. Le dernier était Djamel Okacha. D’où la question de savoir que faisait-il là-bas ? Quel était son poids réel ?

Des groupes armés, des milices et des groupes terroristes sont signalés dans  cette  région  instable. On n ’arrive  souvent  pas  à  démêler  les écheveaux  des  enjeux  qui  se  jouent  dans  la  région.  Quelle  est  la situation exacte dans cette zone immense ?
La situation est extrêmement complexe. Les groupes les plus actifs sont Jnem, qui est en principe sous l’autorité de Droudkel, donc d’Al-Qaïda. C’est l’organisation la plus puissante dans la région. Il y a ensuite l’organisation État islamique dans le Grand-Sahara, dirigée par Al-Adnani. Les deux organisations sont en conflit ouvert depuis plusieurs mois maintenant. Il y a une troisième organisation qui a émergé. C’est Jound El-Khalifa au Mali.

Mais l’organisation étant très récente, nous ne disposons pas suffisamment d’informations la concernant. La région est dans une situation catastrophique. Elle échappe totalement au contrôle des États. Il y a souvent des attentats, des attaques au quotidien. La pandémie de Covid-19 a un peu atténué la situation. Mais cela n’a pas duré longtemps. 

Au-delà  du  cas  Droukdel,  est-ce  que  l’élimination  d’un  chef  d’un groupe terroriste peut aider à ramener le calme dans la région ? Y a-t-il des perspectives d’une pacification à terme ?
Cette élimination peut avoir un impact positif en Algérie, mais pas dans le Sahel. La mort de Droukdel va certainement donner un coup très dur à Aqmi et de ce qui reste de groupuscules en Algérie. Cela peut changer la situation d’autant plus que l’organisation n’a pas de remplaçant affirmé. Celui qui émerge, Al-Annabi, n’est pas un personnage charismatique. Il n’est pas du tout connu.

C’est même une  bonne  opportunité  pour  les  autorités algériennes afin de convaincre les derniers groupes qui se cachent encore à Aïn Defla, Sidi Bel-Abbès ou Boumerdès de se rendre en insistant sur le fait que leur chef avait fui au Mali avant d’y être tué. C’est très  probablement  un  dernier coup de semonce pour ce groupe en Algérie.

En  revanche,  la  dynamique  sahélienne est  totalement  différente  de  celle existant en Algérie. Ce n’est pas la mort de Droukdel qui va changer ce qui se passe au Mali, par exemple.  Au Sahel, les groupes armés sont en position de force. Or, les États n’arrivent pas à contrôler ces groupes. Les armées locales risquent l’effondrement. 

La situation est très difficile. Je ne vois pas de perspectives de pacification dans la région. Ceci  dit, il y  a  actuellement  deux  dynamiques.  Celle du gouvernement malien avec le Jnem qui peut déboucher sur quelque chose. Il y a un conflit entre le groupe État islamique et le Jnem au Sahel qui se neutralisent. Mais cela pour durer longtemps. Dans l’immédiat, la région est marquée par des attaques et des conflits violents. 

Même avec la présence de l’armée française ?
L’armée  française  est  présente  avec  3 000  soldats  dans  un  territoire immense. Cela participe à éviter l’effondrement de la situation, parce que les armées locales n’arrivent pas à contrôler la situation. Les armées du Mali, du Niger ou du Burkina Faso étaient au bord de l’effondrement. 
 

Entretien réalisé par  : Ali BOUKHLEF

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER